L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Campagne de vaccination dans le Beaujolais contre le méningocoque B : résultats préliminaires

Communiqué de presse
Santé publique
Archivé
Visuel
Vaccin enfant
Alors que la campagne de vaccination contre le méningocoque B (vaccin BEXSERO®) auprès des enfants de 2 mois à 24 ans est en voie d'achèvement, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes en publie les résultats préliminaires au 10 octobre 2016.
Corps de texte

Aucun nouveau cas de méningite à méningocoque B cas n'a été signalé dans la zone ciblée par la vaccination depuis le mois de mars 2016 autorisant à lever l'alerte dès la fin du mois de juin.  Néanmoins, une surveillance renforcée est maintenue sur la zone jusqu'à la fin de la saison hivernale.
Les résultats de la campagne de vaccination, hétérogènes d'une commune à une autre et d'une classe d'âge à une autre, interpellent. Pour comprendre les facteurs qui expliquent les différences observées, l’ARS va lancer une étude psychosociale auprès des familles et des professionnels de santé impliqués dans les prochains jours. Cette étude sera réalisée par un cabinet externe.  

Entre le 1er avril et le 30 juin 2016, une campagne de vaccination contre le méningocoque B s’est déroulée dans 12 communes du Beaujolais. Cette campagne avait été déclenchée suite à l’apparition de 4 cas d’infections invasives par une même souche de méningocoque B sur une période de 3 semaines en février/mars 2016.

Des résultats préliminaires qui interpellent

Au 10 octobre 2016 et sur toute la période de vaccination, au total 3 741 doses ont été administrées dont 2 036 pour la première dose et 1 705 pour la deuxième dose, chez des personnes résidant dans la zone épidémique. La couverture vaccinale estimée (CVE) est de 47 % pour la première dose et de 39 % pour 2 doses, tous âges confondus (voir graphique dans le communiqué de presse).

Les enfants scolarisés en école élémentaire ont été les mieux vaccinés, et dans une moindre mesure, les collégiens. A l'inverse, les enfants de moins de 3 ans (CVE : 29 %) et les grands adolescents et jeunes adultes (CVE : 8 %) sont les moins bien protégés alors que ces deux tranches d'âge sont les plus à risque d'être affectées par les infections invasives à méningocoque.

L’ARS lance une étude psychosociale

En dépit de l'investissement important de nombreux professionnels de santé libéraux et salariés (Protection maternelle infantile, Education nationale, centre de vaccination) pour diversifier l'accès à la vaccination, les résultats de la vaccination chez les enfants de - 3 ans et les adolescents de 16-24 ans ne sont pas satisfaisants.

Aussi, l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes a missionné, à l’issue d’une consultation publique, le cabinet d'étude PSYKOLAB pour mener une étude psychosociale à compter de la semaine prochaine. L'objectif de cette étude est notamment de mieux comprendre les réserves vis-à-vis de la vaccination.
Les propositions remontées du terrain (parents, professionnels de santé, institutions) seront prises en considération par l'ARS dans l'éventualité d'une autre campagne à mettre en œuvre dans la région.  

Afin de permettre le bon déroulement de cette étude, l’ARS souhaite que le meilleur accueil possible soit réservé aux professionnels de PSYKOLAB qui solliciteront les personnes concernées par la campagne.  

Aller plus loin

Contact

Contenu

Délégation à l’information et à la communication
04 27 86 55 55
ars-ara-presse@ars.sante.fr

Mots clés