L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Canicule : l'ARS à la manoeuvre depuis le 1er juin

Article
Visuel
Visuel canicule
Comme chaque année, le plan national canicule est activé du 1er juin au 15 septembre. Il est organisé en quatre niveaux d’alerte, qui correspondent chacun à des actions de prévention et de gestion spécifiques. Au niveau régional, les ARS sont mobilisées en amont, en lien avec les préfectures
Corps de texte

Le Plan national canicule a différents objectifs :

  • anticiper l’arrivée d’une canicule ;

  • définir les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celles-ci ;

  • adapter au mieux les mesures de prévention et de gestion au niveau territorial, en portant une attention particulière aux populations spécifiques identifiées.

Il résulte des travaux menés conjointement par le ministère des solidarités et de la santé, l'Agence nationale de Santé Publique et Météo-France.

Le plan comprend 4 niveaux :

  • niveau 1 - veille saisonnière (carte de vigilance verte)
  • niveau 2 - avertissement chaleur (carte de vigilance jaune)
  • niveau 3 - alerte canicule (carte de vigilance orange)
  • niveau 4 - mobilisation maximale (carte de vigilance rouge)

et s’organise autour de quatre grands axes :

  • axe 1 : prévenir les effets d'une canicule
  • axe 2 : protéger les populations par la mise en place de mesures de gestion adaptées aux niveaux de vigilance météorologique
  • axe 3 : informer et communiquer
  • axe 4 : capitaliser les expériences

En lien avec les préfectures et les ARS, les services de l'Etat en région mettent en place des actions de prévention et de communication adaptées et renforcées, pour la population et particulièrement pour les personnes les plus vulnérables (personnes âgées, isolées, en situation de handicap, de précarité ou sans abri, avec des pathologies préexistantes, femmes enceintes, jeunes enfants, travailleurs en extérieur…). Par exemple, les ARS mobilisent les établissements sanitaires et médico-sociaux pour que soient diffusés les gestes à adopter en cas de vagues de chaleur.

L’agence nationale de santé publique, dans le cadre du réseau de surveillance et d’alerte et en cas de passage en vigilance orange ou rouge canicule par Météo-France, suit aux niveaux local et national des indicateurs sanitaires de recours aux soins et de mortalité. L’analyse de ces indicateurs sanitaires contribue au dimensionnement des mesures de prévention et à la levée de l’alerte ainsi qu’aux premières estimations de l’impact sanitaire d’un épisode de canicule.

Les agences régionales de santé, quant à elles, transmettent au Centre opérationnel de régulation et de réponse aux urgences sanitaires et sociales (CORRUSS) de la Direction Générale de la Santé (DGS) de façon hebdomadaire les informations relatives à l’état de l’offre de soins dans les établissements de santé et la mise en évidence éventuelle de phénomènes de tension.

Dès le passage en niveau 3 – alerte canicule, déclenché par le préfet, les ARS doivent renseigner quotidiennement l’enquête « canicule » via le Système d'Information Sanitaire des Alertes et Crises (SISAC).

Le plan national canicule est décliné dans les départements sous la forme d’un Plan de Gestion d’une Canicule Départemental (PGCD) articulé avec le dispositif départemental d’Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (ORSEC).

Le PGCD prend en compte les mesures définies dans le dispositif ORSAN, outil définissant les adaptations à prévoir sur l’organisation de l’offre de soins en situation sanitaire exceptionnelle. En particulier, le volet ORSAN – CLIM a vocation à organiser la prise en charge médicale de nombreux patients suite à un phénomène climatique comme la canicule.

Aux niveaux national et local, les fonctionnalités des interfaces d'alerte, ainsi que les dispositifs d’identification des personnes vulnérables et le caractère opérationnel des mesures prévues sont vérifiées avant le 1er juin.

Le plan canicule précise qu'au regard de ses attributions propres en matière de prévention, de soins et de prise en charge médico-sociale, l'Agence régionale de Santé apporte son appui au préfet dans la mise en oeuvre du dispositif «canicule».

Pendant la période estivale, elle s’assure :

● de l’organisation de la permanence des soins en médecine ambulatoire dans les départements ;

● d’une programmation anticipée et coordonnée au niveau régional et au sein de chaque territoire de santé, des capacités d’hospitalisation et de leur adaptation en fonction des fluctuations saisonnières.

Surveillez les personnes fragiles

Certaines personnes sont plus exposées aux risques et complications liés à la chaleur et demandent une surveillance particulière :
     - les nourrissons et les enfants (surtout de moins de 4 ans)
     - les personnes âgées de plus de 65 ans
     - les travailleurs manuels exerçant à l'extérieur et les personnes pratiquant du sport en plein air
     - les personnes souffrant de maladies chroniques ou de pathologies aigües au moment de la vague de chaleur
     - les personnes isolées, en situation de précarité et sans abri

Les personnes âgées, isolées ou handicapées peuvent se faire connaître auprès de leur mairie pour figurer sur leur registre afin que des équipes d’aide et de secours puissent leur venir en aide en cas de vagues de fortes chaleurs.

Quelques conseils utiles aux personnes fragiles et à leurs proches

      - maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
      - buvez régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
      - mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
      - rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras)plusieurs fois par jour ;
      - passez si possible 2 à 3 heures par jour dans un lieu frais (cinéma, musée, bibliothèque municipale, supermarché...) ;
      - évitez de sortir aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique ;
      - pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;
      - demandez conseil à votre médecin traitant, tout particulièrement en cas de maladie chronique ou de traitement médicamenteux régulier.

Pour les enfants

      - limiter les sorties aux lieux ombragés et aérés,
      - préférer les activités physiques le matin,
      - s’assurer que tous les enfants disposent d’un chapeau clair,
      - mouiller les enfants (avant-bras, nuque et visage notamment)
      - les faire boire très régulièrement.

Pour tous

     - Boire beaucoup d’eau
     - Ne pas faire d’efforts physiques intenses (sport, jardinage, bricolage)
     - Ne pas rester en plein soleil
     - Ne pas consommer d’alcool
     - Maintenir son habitation à l’abri de la chaleur
     - Porter des vêtements légers amples et clairs et un chapeau quand on est à l’extérieur
     - Etre vigilant pour les autres et soi-même
     - Prendre des nouvelles de son entourage
     - Dès que l’on se sent mal, le signaler

Aller plus loin

Les informations relatives à la canicule par département

Les bonnes pratiques en période de canicule

En période de canicule, certains comportements doivent être adoptés. Cette petite vidéo les résume.

Contact

Contenu

Plateforme téléphonique d'information "Canicule" : 0800 06 66 66

Contactez le 15 si vous constatez les symptômes suivants :

Grande faiblesse, grande fatigue, étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, nausées, vomissements, crampes musculaires, température corporelle élevée, soif et maux de tête.

Dans l’attente des secours, il faut agir rapidement et efficacement : transporter la personne à l’ombre ou dans un endroit frais et lui enlever ses vêtements puis l’asperger d’eau fraîche et l’éventer.