Covid-19: Informations au grand public

Actualité
Date de publication
Visuel
Consultez l'ensemble des informations relatifs à la lutte contre l'épidémie
Corps de texte

Que sont les gestes barrières ? 

Le virus ne circule pas tout seul, c’est l’homme, porteur du virus, qui circule donc les mesures suivantes sont des mesures de bon sens.

Face aux infections respiratoires, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Se laver les mains très régulièrement.
  • Tousser ou éternuer dans son coude.
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter à la poubelle
  • Ne pas se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Respecter une distance physique d'au moins un mètre

Les affiches, déjà traduites en 9 langues, sont téléchargeables sur le site du Ministère. Tous les supports pour le public sont déposés au fil de leur production sur cette page de questions/réponses sur le Coronavirus

Depuis le 20 juillet 2020, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics clos.
Consultez le décret du 18 juillet 2020 relatif au port du masque en lieu clos.

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP), dans un avis rendu public le 14/08, recommande le masque dans tous les lieux clos publics et privés collectifs ainsi qu’en cas de rassemblement avec une forte densité de personnes en extérieur afin de limiter l’émission de particules respiratoires.

Consulter le nouveau protocole sanitaire dans les entreprises  sur le site du Ministère du travail de l’emploi et de l’insertion.

Depuis le 2 novembre, un nouveau protocole sanitaire est mis en place dans les établissements scolaires, disponible sur le site du Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports avec notamment le port du masque obligatoire pour les enfants à partir de 6 ans.

Depuis lundi 11 mai, la stratégie est d’identifier, de tester massivement puis d’isoler les personnes testées positives afin de casser le plus rapidement possible les chaines de transmission.

Ainsi, toutes les personnes présentant des signes cliniques évocateurs de Covid-19 doivent pouvoir bénéficier d'un test de diagnostic par prélèvement naso-pharyngé et être isolées dans l’attente de son résultat.

Si une personne est testée positive, un travail d’identification est engagé et tous ceux qui ont eu un contact rapproché avec elle seront testés et invités à s’isoler.

L'identification de ces personnes contacts est assurée, comme prévu par les consignes nationales, par :

- les professionnels de santé libéraux (notamment les généralistes) mobilisés en première ligne pour la recherche des personnes contacts dans la cellule familiale, ainsi que les établissements de santé ;

- les équipes de l'assurance maladie mobilisées pour l'identification des personnes contacts au-delà de la cellule familiale ;

- les agences régionales de santé, responsables de la coordination générale du dispositif, en lien étroit avec les préfectures de chaque département. Elles gèrent également les situations complexes, notamment des cas groupés.

D'autres services de santé publique, notamment ceux de l'Éducation nationale, prennent également part au contact tracing, l'ARS restant en appui. Les médecins et infirmiers de l'Éducation nationale assurent ainsi l'identification des personnes contacts et les informent sur les mesures devant être prises pour les cas survenus en établissements scolaires. Par ailleurs, un travail partenarial renforcé, piloté par l'ARS, est mis en place avec les universités, les médecins de PMI, les médecins du travail et d'autres professionnels intervenant dans les collectivités.

Un dispositif d’indemnisation des arrêts de travail dérogatoires pour certains publics, notamment pour les personnes fragiles, a été créé dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19. Seules les personnes qui se trouvent dans l’une des situations médicales suivantes pourront être arrêtées et indemnisées :

  • être âgé de 65 ans et plus ;
  • avoir des antécédents cardiovasculaires (ATCD) : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
  • présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère,fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30) ;
  • être atteint d'uneimmunodépression congénitale ou acquise :

- médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitementimmunosuppresseur ,biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;

- infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;

- consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;

- liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;

  • être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • être au 3e trimestre de la grossesse ;
  • être atteint d'une maladie du motoneurone, d'une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d'unetumeur maligne primitive cérébrale, d'une maladie cérébelleuse progressive ou d'unemaladie rare .

Depuis le 1er septembre 2020,  il n’est plus possible d’utiliser le site declare.ameli.fr pour déclarer un arrêt de travail pour vulnérabilité.

Concernant la campagne 2020/2021 de vaccination contre la grippe, qui débutera le 13 octobre, le ministère des solidarités et de la santé préconise cette année de vacciner en priorité les personnes qui sont ciblées par les recommandations (personnes fragiles et professionnels de santé) pendant les 2 premiers mois de la campagne de vaccination.

Les personnes ne présentant pas de risque particulier et qui souhaiteraient se faire vacciner sont invitées à différer leur vaccination à début décembre.

En effet, les personnes à risque de complications graves liées à la grippe saisonnière sont sensiblement les mêmes que celles liées à la COVID-19.

> Consulter le communiqué de presse de la HAS sur la distinction Covid-19/grippe : dans quelles situations et avec quels tests ?

 

Le confinement ne doit pas conduire à renoncer aux soins. Il est important que chacun puisse consulter son médecin, généraliste ou spécialiste, en fonction de ses besoins. Les professionnels de santé de ville et les hôpitaux publics et privés sont organisés pour permettre des soins en toute sécurité.

Il est donc important que les patients atteints d’une maladie chronique, qui nécessite un suivi régulier et rapproché (diabète ou hypertension instable, pathologie cancéreuse en cours de traitement), consultent, tout comme les patients qui ont un suivi psychiatrique.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à contacter votre médecin traitement et à demander conseil.

Pour les symptômes évocateurs d’une urgence vitale (douleurs thoraciques, signes neurologiques évocateurs d’un AVC ou autres signes de détresse vitale), il faut immédiatement appeler le 15.

Les actes préventifs comme le suivi des nourrissons, leur vaccination obligatoire, le suivi des femmes enceintes, doivent également être maintenus.

Vous avez recours à la télésanté dans le cadre de votre parcours de soins, visionnez les différentes vidéos explicatives : "Pour ma santé, je dis OUI au numérique" 

 

Les frontières intérieures à l’espace européen restent ouvertes. Les frontières extérieures de l'espace européen restent fermées, sauf exceptions, notamment pour les Français de l'étranger qui peuvent toujours rentrer sur le territoire à condition de faire un test.

Pour toutes informations relatives aux voyages, consultez le site du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

TousAntiCovid est une application de contact tracing permettant d’alerter et d’être alerté en cas d’exposition à la COVID-19. Elle est déployée en France depuis le 22 octobre 2020.

TousAntiCovid est une mise à jour de l’application de contact tracing StopCovid enrichie notamment par l’accès à des informations factuelles et sanitaires sur l’épidémie, à savoir :

  • La notification d’exposition à un risque de contamination qui permet à l’utilisateur d’être considéré comme une personne contact, au même titre que celles appelées par l’Assurance Maladie, et ainsi de se faire dépister de manière prioritaire ;
  • L’environnement visuel et l’ergonomie sont optimisés, avec notamment un accès instantané à plusieurs types d’information ;
  • Un centre d’informations propose désormais à l’utilisateur des « données » sur la situation épidémiologique en France et sur l’évolution de l’utilisation de l’application dans le pays, ainsi que des actualités en lien avec la lutte contre l’épidémie (exemple : mesures mises en place par les autorités nationales et locales) ;
  • L’accès à une liste actualisée des lieux de test via DepistageCovid.

Le contexte épidémique dans lequel nous nous trouvons peut être stressant et générer de la souffrance psychologique. Des plateformes d’écoute existent pour les personnes qui ressentiraient le besoin d’être accompagnées.

Consultez la liste des plateformes nationales et en région Auvergne-Rhône-Alpes

Document élaboré par l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et l’Observatoire santé mentale, vulnérabilités et sociétés.

Covid-19 - Permanences téléphoniques nationales et régionales (pdf, 496.22 Ko)

Aller plus loin

Pour toute question sur la COVID-19