COVID-19 : Mobilisation inédite pour soutenir les établissements dans leurs besoins de recrutement

Communiqué de presse
Visuel
Comme lors de la 1re vague en Auvergne-Rhône-Alpes, l’État confirme qu’une prime exceptionnelle à destination des étudiants en soins infirmiers en stage leur sera versée.
Corps de texte

Cette épidémie, et particulièrement cette deuxième vague, impacte durement les organisations internes des établissements sanitaires et médico-sociaux qui font face, eux aussi, à des personnels malades et absents.

Avec plus de 7 000 personnes hospitalisées ce 15 novembre dont 860 en réanimation et soins intensifs, près de 3 500 nouveaux cas de Covid-19 en Ehpad entre le 3 et le 9 novembre dernier, près de 450 clusters actifs, la région Auvergne-Rhône-Alpes est une des régions les plus touchées par la seconde vague épidémique de Covid-19.

Depuis des mois, l’État, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et Pôle emploi déploient une stratégie à plusieurs leviers, pour coordonner le soutien à l’ensemble des établissements qui en ont besoin : mise en réseau, recherche et constitution de viviers de professionnels, soutien des équipes de direction, appui à la formation, appuis juridiques et techniques, etc.

L’objectif est de soutenir les établissements pour des besoins immédiats mais également ceux à plus long terme pour toujours garantir la continuité des soins et des prises en charge des malades Covid et non Covid.

Un appui également permis par la mobilisation des étudiants en soins infirmiers de 2e et 3e année réalisant un stage et venus en renfort dans les établissements de la région.

L’intervention de ces étudiants permet de soutenir les services en tension des établissements de santé et médico-sociaux. C’est pour cela que l’État, par l’intermédiaire de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, a décidé d’allouer 2,5 millions d’euros pour le versement d’une prime exceptionnelle aux étudiants mobilisés dans le cadre de leur stage sur l’épidémie de la Covid-19. Cette prime exceptionnelle sera de 98,50 € par semaine de mobilisation pour les étudiants de 2e année et de 86,50 € pour les étudiants de 3e année, leur permettant à tous de parvenir à une indemnité totale de 136,50 € par semaine de mobilisation (soit environ 550 € pour 4 semaines de renfort).

La mobilisation des professionnels et acteurs de santé est sans précédent et remarquable. La collaboration entre chacun des acteurs l’est tout autant.

Il en est de même pour l’État, les autorités sanitaires, l’ensemble des services publics et des collectivités territoriales. La recherche et la gestion des renforts en ressources humaines nécessitent l’élaboration de dispositifs très opérationnels pour permettre une réponse rapide en fonction des priorités.

Elles demandent également un investissement à tous les niveaux pour répondre quotidiennement aux besoins du terrain.

La mobilisation coordonnée des partenaires est la clé de la construction et de la mise en œuvre de ce plan de renfort RH. Il se veut concret et pragmatique et il est constitué d’un ensemble de leviers activables par les directeurs des établissements de santé et médico-sociaux.

Une mobilisation inédite et collaborative sous l’égide de l’État et de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes