L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Des soins bucco-dentaires mobiles pour les résidents d’EHPAD dans le Puy-de-Dôme

Communiqué de presse
Visuel
image CP
A l’initiative de l’URPS chirurgiens-dentistes, ce projet expérimental est autorisé par l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du dispositif « Article 51 » de la Loi de financement de la sécurité sociale.
Corps de texte

La loi de financement de la sécurité sociale 2018 a introduit, en son article 51, un dispositif permettant d’expérimenter de nouvelles organisations qui contribuent à améliorer le parcours des usagers, l’efficience du système de santé, l’accès aux prises en charge et la pertinence de la prescription des produits de santé.

Ce dispositif vise à tester de nouvelles approches puisqu’il permet de déroger à des règles de financement et d'organisation de droit commun, applicables en ville comme en établissement hospitalier et médico-social.

Aujourd’hui, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, avec l’appui de l’Assurance maladie Auvergne-Rhône-Alpes, vient d’autoriser le premier projet expérimental régional dans le cadre de « l’Article 51 ».

Ce projet, piloté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) des chirurgiens-dentistes, consiste à faire intervenir des chirurgiens-dentistes auprès des résidents en EHPAD, pour qui les déplacements sont difficiles et la santé bucco-dentaire fragile.

Un nouveau service de soins mobiles, dans le Puy-de-Dôme

Ce nouveau service expérimental, piloté par l’URPS des chirurgiens-dentistes Auvergne-Rhône-Alpes, a pour objet d’améliorer la santé bucco-santé des personnes résidentes en Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Le projet comporte un parcours en deux temps :

  • un temps de prévention et de bilan fondé sur la formation des personnels en EHPAD et sur la réalisation d’actes de télédiagnostics.
  • un temps de soins, avec une intervention mobile des chirurgiens-dentistes, soit dans un véhicule aménagé et garé à proximité de l’EHPAD, soit au chevet des résidents avec des mallettes et du matériel dentaire portables.

La conjugaison du télédiagnostic et du déplacement des chirurgiens-dentistes dans les EHPAD pour des soins permet d’augmenter l’efficience de la démarche.

Afin d'expérimenter ce dispositif mobile qui permet d’aller au plus près des personnes âgées, le choix s'est porté sur un territoire rural dans lequel peu de chirurgiens-dentistes se sont nouvellement installés. Ainsi, 46 EHPAD ont été choisis dans le-Puy de-Dôme, en excluant Clermont-Ferrand et sa banlieue.

Le cadre expérimental, prévu par l’article 51 de la LFSS permet l’accompagnement de ce projet pour lequel l’URPS des chirurgiens-dentistes assure le pilotage et la coordination du projet. L’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes soutient ainsi ce dispositif expérimental pendant 4 ans sur l'aspect financier et organisationnel (118 000€ seront versés), et l'Assurance maladie assure le remboursement des actes de télédiagnostics bucco-dentaire. Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes finance en partie le véhicule équipé en cabinet dentaire.

Du côté des acteurs

Dr Eric Lenfant, Président de l’URPS chirurgiens-dentistes Auvergne-Rhône-Alpes

" L’URPS chirurgien-dentiste Auvergne-Rhône-Alpes a constaté un grave déficit de l’accès aux soins buccodentaires pour les résidents des EHPAD et a décidé de remédier à cela en créant une organisation nouvelle, une méthode d’intervention pérenne. D’abord,  une formation du personnel EHPAD (et des aidants) à la santé et à l’hygiène buccodentaire est prise en charge. A la suite, un télédiagnostic bucco-dentaire est réalisé tous les 6 mois de chaque résident consentant. Après ce suivi régulier une unité mobile de chirurgiens-dentistes intervient directement dans l’EHPAD et même parfois au chevet du résident. Effectivement, un petit véhicule sanitaire équipé des dernières innovations va réaliser des soins sur place. Les chirurgiens-dentistes intervenants bénéficient de tous les équipements d’un cabinet dentaire moderne à bord de ce véhicule léger pouvant accéder facilement dans tous EHPAD, mallettes de soins portables pour soigner au chevet du résident si nécessaire, mise à disposition d’une assistante dentaire qualifiée afin d’avoir une incitation forte des chirurgiens-dentistes libéraux à s’investir dans notre action de santé publique régionale. Tout a été fait pour rendre notre offre de soins buccodentaires efficiente dans la durée."

Pourquoi cette initiative ?

"Cette initiative porte d’abord assistance à des patients en perte de mobilité qui n’ont plus de soins buccodentaires parfois depuis plusieurs années et qui en souffrent silencieusement. Mais cette initiative prouve aussi que, si on en donne les moyens, les chirurgiens-dentistes volontaires, n’hésitent pas à quitter leur cabinet pour secourir des malades."

Où en est-on dans la mise en œuvre, quelles sont les prochaines étapes ?

"Le projet démarre en septembre, son organisation pourra évoluer dans les mois qui viennent avec la montée en charge du nombre d’EHPAD engagés dans le projet (46 établissements au bout des 4 ans) "

Laurent Peiser, coordonnateur de projets à l’ARS et des projets « Article 51 »

" L’ARS soutient ce projet dans la mesure où il répond pleinement aux problématiques de santé bucco-dentaire dans les EHPAD. Par ailleurs, l’alliance des nouvelles technologies et plus particulièrement du télédiagnostic avec un service concret, un véhicule/cabinet dentaire auprès des résidents des EHPAD nous a semblé tout à fait pertinent. "

Rachel Cambonie, gestionnaire de projets à l’Assurance maladie

" La montée en charge de la télémédecine, de manière dérogatoire par le biais de l’article 51, avec l’initiation d’un usage (soin des résidents EHPAD par le biais d’un télédiagnostic), est un enjeu important pour l’Assurance maladie. Afin d’accompagner les porteurs de projet dans cette expérimentation, les Conseillers informatique services du Puy-de-Dôme sont mobilisés pour créer des Dossiers médicaux partagés (DMP) dans les EHPAD participant aux projets et en soutien à la création des Messageries sécurisées en santé des chirurgiens-dentistes pour communiquer auprès des médecins traitants des résidents »

L’ARS et l’Assurance maladie ont souhaité soutenir ce projet expérimentateur qui répond à des objectifs de santé publique nationaux et régionaux.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Service presse : ars-ara-presse@ars.sante.fr - 04 27 86 55 55