2e campagne de dépistage à Saint-Etienne du 22 au 28 février

Communiqué de presse
Visuel

Une campagne qui va être marquée par une nouveauté : l’utilisation de tests salivaires, plus simples, moins invasifs et plus pratiques !

Corps de texte

Le dépistage est un levier majeur de maîtrise de l’épidémie de Covid-19 en parallèle de la vaccination et représente notre meilleure arme pour freiner la circulation du virus tout en préservant les libertés des habitants.

En janvier dernier, une première campagne de dépistage a été organisée à Saint-Etienne auprès de la population. Portée conjointement par la Préfecture de la Loire, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, la Ville de Saint-Etienne, la CPAM de la Loire et le CHU de Saint-Étienne, cette campagne a permis de dépister plus de 10 000 personnes.

Une 2e campagne de dépistage destinée à tous les résidents et travailleurs stéphanois se déroule la semaine prochaine, du lundi 22 au dimanche 28 février, avec le même dispositif que celui mis en place en janvier, mais aussi avec quelques nouveautés.

12 sites mis à disposition pour ces dépistages

Comme la première fois, cette campagne est le fruit d’une collaboration constructive.

Des infirmiers libéraux, des étudiants infirmiers, des étudiants de médecine, les partenaires à l’opération et des agents de la ville de Saint-Etienne assurent le fonctionnement de ces sites. Les équipes du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) supervisent les centres et la logistique est prise en charge par le CHU de Saint-Etienne.

Des tests salivaires proposés et une recherche systématique de variant réalisée en cas de positivité

Les test Biospeedia, mis au point par les acteurs stéphanois sont à nouveau utilisés. A noter une grande nouveauté qui sera une première au niveau de l'Union européenne : cette campagne repose sur des tests salivaires qui seront proposés et réalisés par la personne elle-même. Ils sont moins invasifs et tout aussi rapides dans le rendu des résultats (15 minutes).

Pour renforcer la fiabilité du dépistage, un test PCR sera réalisé à partir de l’échantillon de salive. Et comme la première fois, la recherche des variants de Covid-19 sera systématique, à partir de chaque test positif.

Le contact tracing et l’accompagnement à l’isolement seront proposés selon la même organisation que lors de la campagne précédente et la population bénéficiera une nouvelle fois des conseils en prévention de la part des étudiants formés pour l’occasion.

Autre nouveauté, de nombreux partenariats mis en œuvre pour aller vers la population

Ces tests salivaires seront également proposés par de nombreux partenaires pour leurs publics ciblés :

  • Sur les 3 sites ouverts par l’Université à compter du 22 février,
  • Dans les 6 collèges stéphanois dépistés cette semaine par l’Éducation nationale,
  • Dans des structures d’hébergement ou d’accompagnement pour personnes âgées, personnes handicapées, personnes précaires,
  • Par les infirmières à domicile,
  • Par des administrations, entreprises et services publics pour leurs salariés.

Un bus sillonnera la ville, depuis le parvis de la gare de Chateaucreux matin et soir, jusque dans les différents quartiers de Saint-Etienne, grâce à un projet porté par des étudiantes infirmières et au soutien de la STAS.

Enfin, la population stéphanoise pourra rencontrer des jeunes (étudiants ou en service civique) qui feront la promotion de la campagne et distribueront des flyers d’information dans les rues de la ville.

Tout est mis en œuvre pour permettre de dépister un maximum de personnes infectées mais qui n’ont pas ou peu de symptômes. L’enjeu reste bien évidemment de détecter au plus vite des personnes avant qu’elles ne contaminent leurs proches, familles, amis ou collègues de travail.