Bilan de l’opération de dépistage à Saint-Étienne : menée du 13 au 19 janvier et du 22 au 28 février

Communiqué de presse
Visuel

L’opération de dépistage à grande échelle organisée conjointement par la Préfecture, l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, la Ville de Saint-Étienne, l’Assurance Maladie et le CHU de Saint-Étienne s’est déroulée en deux campagnes positionnées à distance des fêtes de fin d’année pour la première et au retour des congés scolaires d’hiver pour la seconde.

Corps de texte

Destinée prioritairement aux personnes asymptomatiques, cette opération poursuivait notamment comme objectif de contribuer à freiner la propagation du virus à une période de fort risque de reprise épidémique.

Cette opération qui s’est déroulée en deux périodes a permis de dépister au total plus de 20 000 personnes,
dont 14 000 au titre de la campagne et 6 000 personnes symptomatiques ou cas contacts. Environ 900
personnes positives ont pu être identifiées, ce sont autant de chaînes de contamination qui ont été
stoppées.

7 000 personnes ont été accueillies en janvier (avec un taux de positivité à 2%) dans l’un des 14 centres
aménagés pour l’occasion dans les différents quartiers de la ville ainsi que chez les partenaires.

En février, 7 100 personnes ont bénéficié du test salivaire (dont 170 résultats positifs, soit un taux de
positivité de 2,4%)
dans le cadre d’un protocole de recherche unique « AutoCov » dont le CHU était le
promoteur. Cette expérimentation, exclusivement basée sur des auto-prélèvements salivaires, avait pour
objectifs d’évaluer la faisabilité de cette méthodologie et de comparer les performances du test antigénique par
rapport au test RT-PCR. Chaque participant a ainsi pu réaliser lui-même le prélèvement de salive, à partir
duquel les deux analyses ont été effectuées.

Outre les 12 centres dédiés déjà opérationnels lors de la première campagne, la seconde campagne s’est
accompagnée du déploiement de nombreux dispositifs qualifiés de « Aller vers » incluant des administrations,
des services publics, des entreprises, des établissements hébergeant des publics vulnérables (personnes en
situation de handicap, personnes âgées, personnes en situation de précarité), des collèges, l’Université de
Saint-Étienne et des patients à domicile via des infirmières libérales. Le bus itinérant mis à disposition par la
STAS et animé par les étudiant-e-s de l’IFSI du CHU a rencontré un franc succès ( plus de 500 tests réalisés)
en proposant ce service au plus près de la population.

Les premiers enseignements à retenir de cette opération

Ces différentes modalités proposées aux stéphanois en février ont permis de cibler un public au profil d’âge et
aux caractéristiques socio-professionnelles plus variés
que lors de la campagne de janvier. Lors des deux
campagnes, les taux de positivité les plus élevés ont été observés chez les personnes de moins de 40 ans.

De façon globale, les tests antigéniques salivaires dépistent les patients présentant les charges virales les plus
fortes (dits « super-contaminateurs ») mais ne « voient » pas les sujets avec des charges virales faibles. Sur les
130 premiers prélèvements positifs analysées, il a été identifié 68% de variants (variant dit anglais en grande
majorité).

Les analyses se poursuivent au CHU tant sous l’angle virologique que sous celui des données médico-sociales ;
elles seront diffusées dans les prochaines semaines pour retirer l’entier bénéfice de cette expérimentation ;

Catherine Séguin, préfète de la Loire, Dr Jean-Yves Grall, Directeur général de l’Agence régionale de santé
Auvergne-Rhône-Alpes et Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, président de Saint-Étienne Métropole en
partenariat avec l’Assurance Maladie et le CHU de Saint-Étienne remercient toutes les personnes mobilisées,
soit plus de 700 au total, pour leur engagement et leur travail au service des habitants lors de ces deux
opérations d’envergure.

Ce vivier constitue un terreau favorable à la poursuite des actions de la stratégie « Tester, Alerter, Protéger »
sur le territoire.

Cette campagne a permis de rappeler que le couple dépistage-isolement des positifs reste un levier majeur de
maîtrise de l’épidémie en parallèle de la vaccination pour freiner la circulation du virus tout en responsabilisant
les habitants. Les chiffres relativement faibles de la circulation virale dans notre département pourraient
s’expliquer en partie par les retombées directes et indirectes de la première campagne stéphanoise réalisée au
lendemain des fêtes de début d’année.
Contacts

Aller plus loin

Contact

Contenu

Préfecture de la Loire
04 77 48 48 06 / communication@loire.pref.gouv.fr 
ARS Auvergne-Rhône-Alpes
04 27 86 55 55 / ars-ara-presse@ars.sante.fr 
Ville de Saint Etienne : 04 77 48 74 26 
CHU de Saint Etienne : 04 77 12 70 13 
CPAM de la Loire : 04 77 42 24 87