L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Infections invasives à méningocoque B dans le Beaujolais : l'ARS renforce sa campagne de vaccination chez les plus de 12 ans

Communiqué de presse
Visuel
image CP
Suite à l'apparition de 4 cas d'infections invasives à méningocoque B sur une période de 3 semaines, l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes a lancé une campagne de vaccination contre le méningocoque B dans une partie du Beaujolais.
Corps de texte

Cette campagne de vaccination cible la population âgée entre 2 mois et 24 ans résidant, gardée, scolarisée ou travaillant dans 12 communes du Beaujolais.
Les communes concernées sont Blasé, Cercié, Charentay, Marchampt, Odenas, Le Perréon, Quincié-en-Beaujolais, Saint-Étienne-des-Oullières, Saint-Étienne-la-Varenne, Saint-Lager, Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais, Vaux-en-Beaujolais.

70 % des enfants scolarisés dans la zone ont reçu une première dose du vaccin

Des séances de vaccination ont été organisées dans les écoles primaires des 12 communes par le service de santé scolaire et avec l'aide de médecins et infirmières du service de la Protection maternelle et infantile (PMI), service du conseil départemental du Rhône. Un peu plus de 70 % des enfants fréquentant ces écoles ont été vaccinés.
Malgré le dispositif mis en place, la couverture vaccinale des enfants de moins de 3 ans et des jeunes de plus de 12 ans est insuffisante. En complément, l'ARS, en lien avec le rectorat, proposera à partir du 9 mai des séances de vaccination dans les collèges et lycées des communes périphériques qui sont les plus fréquentés par les enfants de la zone concernée. Les parents de ces élèves ont reçu un courrier les sensibilisant à l'importance de cette vaccination. Les parents des enfants âgés de moins de 3 ans doivent se rapprocher de la PMI, du Comité départemental d'hygiène sociale (CDHS) de Villefranche-sur-Saône et les permanences des médecins traitants du secteur à la Maison médicale de garde (MMG) de Belleville (cf. infra).

Les médias locaux pour relayer le message auprès des étudiants et des jeunes travailleurs

Cette population à risque est l'une des plus difficiles à atteindre. L'ARS souhaite s'appuyer sur les médias locaux pour sensibiliser les jeunes adultes. L’objectif est de permettre au plus grand nombre de recevoir la première dose du vaccin au plus tard à la fin de la première quinzaine de mai. Le calendrier fixé permettra l'administration de la seconde dose recommandée dans le schéma vaccinal avant les congés d'été. En conséquence, les permanences restent assurées le soir (18/20 h) et les samedis (9/11 h) à la maison médicale de garde de Belleville grâce aux médecins généralistes.
Deux centres dédiés, ouverts avec la collaboration des maires de Blacé et Quincié, proposent les samedis 7 et 14 mai des séances de vaccination de 10 à 18 h. Ces horaires visent à faciliter l'accès à cette vaccination des jeunes qui travaillent dans la zone ou étudient dans d'autres villes.
En juin, l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes organisera la deuxième phase de cette vaccination pour respecter le calendrier vaccinal : 2 doses (3 pour les nourrissons) sont en effet nécessaires pour assurer une protection contre la maladie.

Aucun effet indésirable grave signalé

Le dispositif de surveillance mis en place a recensé 1 % d'effets indésirables.
Les équipes médicales qui interviennent au niveau des sites de vaccination ont signalé 3 épisodes de pâleur survenus au décours de l'acte vaccinal, malaises de type vagaux ayant régressé spontanément.
19 effets indésirables ont par ailleurs été déclarés au Centre Régional de PharmacoVigilance (CRPV). Il s’agit majoritairement d’effets retardés, sans gravité, chez des enfants de 3 mois à 15 ans ayant présenté une réaction au site d'injection. Dans 4 cas, des signes généraux (fièvre, troubles digestifs, vision trouble, céphalées, frissons) sont associés. Aucun n'a justifié une consultation médicale. La régression a été spontanée ou sous paracétamol.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Direction déléguée à la communication
04 27 86 55 55
ars-ara-presse@ars.sante.fr