La nutrition: un enjeu majeur de santé publique

Actualité
Date de publication
Visuel

En France, près de la moitié des adultes et 17% des enfants sont en surpoids ou obèses. Les inégalités sociales et territoriales se creusent et la nutrition en est un indicateur implacable. Ainsi près d'un quart des enfants dont les parents ont un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat sont en surpoids alors qu'ils ne sont que 10% chez les parents dont le diplôme équivaut à une licence.

Corps de texte

L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes prévoit dans son Projet Régional de Santé (PRS) 2018-28 et de son Schéma Régional de Santé (SRS) 2018-23 de « développer les actions de prévention et promotion de la santé en direction des nouveaux nés, des enfants en bas âges, des jeunes et de leurs parents, plus particulièrement sur des thèmes tels que le surpoids et l’obésité, […]» en ciblant les territoires les plus défavorisés de la région.

Un cahier des charges régional PACAP 2021 permet de promouvoir une alimentation équilibrée, l'activité physique et de lutter contre la sédentarité auprès des jeunes enfants de 0 à 6 ans, et incite les acteurs de la prévention primaire à prendre en compte la réduction des inégalités sociales de santé dans une démarche d'universalisme proportionnée.

L’objectif est de prévenir le surpoids, l’obésité et les autres troubles nutritionnels dès le plus jeune âge sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Une approche socio-écologique dans laquelle les actions sont centrées sur une vision large des déterminants de la santé, qui va au-delà des actions sur les capacités individuelles pour inclure des actions sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé. Cette approche socio-écologique doit être réalisée auprès d’une même communauté d’enfants.

Parmi les principes d’intervention PACAP, on retrouve en référence aux critères des interventions probantes en direction des jeunes sur l’alimentation et l’activité physique publiés par Santé Publique France en 2017 :

  1. Des interventions à destination des enfants de 0 à 6 ans.
  2. Des interventions combinant les thématiques de l’alimentation et de l’activité physique/lutte contre la sédentarité
  3. Des interventions globales qui concernent au moins 2 à 3 communautés autour de l’enfant (parents; professionnels de la communauté socio éducative; restauration…).
  4. Des interventions qui s’inscrivent dans la durée (une année scolaire) et qui sont articulées entre elles et rapprochées
  5. De la formation auprès des pluri professionnels de la communauté socio-éducative (+ de 7h..)
  6. De l’accompagnement des professionnels formés à la mise en place d’action d’éducation à la santé à destination des enfants
  7. Des interventions qui ciblent les parents et visent à améliorer leur compétences psycho-sociales
  8. Des modifications de l’environnement physique et/ou organisationnel

Une approche territoriale en ciblant des territoires prioritaires par l’intermédiaire de l’indice de défavorisation sociale élaboré par l’INSERM : le FDep, et en conservant uniquement les territoires de la région les plus défavorisés (dernier quintile (Q5) de l’indice).

Ainsi, les territoires priorisés dans ce cahier des charges comprennent :

  • les communes ou les IRIS faisant parti du quintile le plus défavorisé de l’indice de défavorisation sociale (FDep13), c’est-à-dire les territoires en Q5.
  • les quartiers prioritaires de la politique de la ville tels qu’ils ont été définis par le décret n°2014-1750 du 30 décembre 2014.

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes accompagnera la montée en compétences des acteurs de la petite enfance sur le thème de la nutrition sur l'ensemble des territoires défavorisés de la région, pendant la durée du PRS. La région comptant 783 communes classées défavorablement, les actions seront donc financées uniquement sur ces territoires, selon un calendrier pluriannuel mais les financements ne seront pas renouvelés à la fin de l'action. Il est donc important que le projet prévoit et explicite les conditions de la pérennité de l'action.

Des cartes ciblant les territoires d’intervention ont été établies. Pour connaître sur chaque département la liste de ces territoires prioritaires, il est nécessaire, avant tout dépôt de projet, de se rapprocher des services prévention et promotion de la santé des délégations départementales de l’ARS.

Pour en savoir plus sur ce cahier des charges ou pour toute question, vous pouvez vous rapprocher de la délégation départementale de l’ARS de votre territoire.

Délégation Départementale de l’Ain - ars-dt01-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de l’Allier - ars-dt03-prevention-ambulatoire@ars.sante.fr
Délégation Départementale de l’Ardèche - ars-dt07-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale du Cantal - ars-dt15-prevention-ambulatoire@ars.sante.fr
Délégation Départementale de la Drôme - ars-dt26-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de l’Isère - ars-dt38-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de la Loire - ars-dt42-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de la Haute-Loire - ars-dt43-prevention@ars.sante.fr
Délégation Départementale du Puy-de-Dôme - ars-dt63-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale du Rhône - ars-dt69-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de la Savoie - ars-dt73-prevention-promotion-sante@ars.sante.fr
Délégation Départementale de la Haute-Savoie - ARS-DT74-PREVENTION-PROMOTION-SANTE@ars.sante.fr