L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Moustique tigre et arboviroses : surveillance renforcée dès le 1er mai

Actualité
Santé publique Environnement
Date de publication
Visuel
Visuel Moustique tigre
Le dispositif de lutte contre le « moustique tigre » et de surveillance des arboviroses (chikungunya, dengue, zika) en métropole est activé par la direction générale de la santé chaque année du 1er mai au 30 novembre.
Dans notre région, ce dispositif concerne 6 départements dans lesquels le moustique tigre s’est implanté depuis 2012 : l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, le Rhône et la Savoie.
Corps de texte

Ce dispositif, réévalué chaque année, consiste notamment en :

-     une surveillance entomologique (c’est-à-dire des populations de moustiques) dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter ;
-     une surveillance des cas humains d’arboviroses (chikungunya, dengue, zika notamment) ;
-     une sensibilisation des voyageurs et personnes résidant dans les zones où le moustique est présent et actif.

5 niveaux de risque définis à partir des résultats de la surveillance

Les départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont classés actuellement de la façon suivante :

-     le niveau 0.a : absence du moustique tigre  > Allier, Cantal et Haute-Loire.
-     l
e niveau 0.b : présence contrôlée du moustique tigre > Haute-Savoie, Loire et Puy-de-Dôme.
-     l
e niveau 1 : implantation du moustique tigre > Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Rhône et Savoie.
-     l
e niveau 2 est déclenché lors du diagnostic d’un premier cas de dengue, de chikungunya ou de zika autochtone (survenant chez une personne n’ayant pas voyagé).
-     les niveaux 3 et 4 : présence d'un ou plusieurs foyers de cas autochtones.
-     le niveau 5 correspondant à une situation épidémique installée.

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes est responsable de l’organisation de la veille sanitaire et des investigations épidémiologiques autour des cas avérés et suspects

L’Agence régionale de santé, les conseils départementaux et la métropole de Lyon, les préfectures, les communes et les agglomérations concernées se mobilisent tous pour lutter contre la prolifération du moustique tigre.

Le rôle de l’ARS est de définir, en lien avec les partenaires, les mesures de surveillance entomologique et de lutte anti-vectorielle reprises dans les arrêtés préfectoraux.

À ce titre, l’Agence organise la réception du signalement des cas suspects de chikungunya, de dengue et de zika dans le cadre de la surveillance épidémiologique en lien avec la CIRE, Cellule d'intervention de Santé publique France en région Auvergne-Rhône-Alpes.

En présence de cas suspects ou de cas confirmés, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes réalise une enquête épidémiologique. Elle peut être amenée à solliciter l'EIRAD, l'opérateur de démoustication des conseils départementaux et de la Métropole de Lyon, afin que des prospections soient réalisées dans le voisinage immédiat des lieux de résidence et fréquentés par les patients, pour rechercher la présence éventuelle du moustique tigre et prendre les mesures de contrôle adaptées.

La mobilisation de tous est essentielle 

Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples et peu contraignants, peut participer à la lutte contre sa prolifération et aider à prévenir l’introduction de la dengue, du chikungunya ou du Zika dans notre région et, plus généralement, en métropole.

Par ailleurs, les personnes se rendant dans des zones où circulent les virus du chikungunya de la dengue ou du Zika, doivent se protéger des piqûres de moustiques sur place, mais également à leur retour si elles résident dans les départements où le moustique est implanté. L’objectif est de prévenir l’introduction et la transmission de ces maladies en métropole.

Ensemble, luttons contre le moustique tigre !

 

Aller plus loin

Liens utiles