L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

La rougeole : pour vous protéger et protéger les autres, faites-vous vacciner !

Actualité
Santé publique
Date de publication
Visuel
Enfant rougeole
La rougeole est une maladie très contagieuse et qui peut avoir des conséquences graves, voire provoquer un décès. La seule façon d’éviter la maladie est la vaccination. Grâce à ce geste, vous protégez vos enfants et les personnes de leur entourage qui ne peuvent pas se faire vacciner, comme les nourrissons de moins d’un an qui développent souvent une forme grave de la maladie.
Corps de texte

La rougeole est une maladie infectieuse très contagieuse

Une personne contaminée peut infecter 15 à 20 personnes en cas de couverture vaccinale insuffisante dans l’entourage. Or, cette maladie peut présenter des formes sévères (insuffisance respiratoire, complications neurologiques parfois irréversibles) nécessitant une hospitalisation et pouvant conduire au décès du patient dans les cas les plus graves.

Lorsqu’un foyer épidémique de rougeole est identifié, les investigations épidémiologiques mettent en évidence une absence de vaccination, ou une vaccination incomplète, chez la grande majorité des personnes infectées.

En 2017, en Auvergne-Rhône-Alpes, seulement 81,3% des enfants de 2 ans ont reçu les 2 doses recommandées de vaccin contre la rougeole, avec de fortes disparités inter-départementales.
Or pour éviter la circulation du virus de la maladie, 95% de la population doit avoir reçu  2 doses de ce vaccin.

La vaccination est la meilleure protection

Tous les enfants et jeunes adultes devraient être vaccinés contre la rougeole. C’est une vaccination très efficace qui protège de la maladie dans près de 100% des cas après 2 doses de vaccin. C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole fait partie des 11 vaccinations obligatoires chez les enfants.

La Direction générale de la santé et l'ARS recommandent fortement à toutes les personnes non vaccinées ou qui auraient des doutes concernant leur statut vaccinal à consulter dès à présent leur médecin traitant pour une éventuelle mise à jour de leurs vaccinations.

En milieu de soins, les professionnels de santé dont les antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains, sont également invités à mettre à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles.

L'ARS recommande par ailleurs de vacciner les personnes de plus de 6 mois, ayant été en contact avec un malade atteint de la rougeole, dans les 72 heures qui suivent le contact afin de prévenir le risque de contagion.

Au quotidien, chacun côtoie dans son environnement privé ou professionnel (famille, amis, voisins, collègues, etc.) des personnes fragiles, plus à risques de développer de formes graves de la rougeole :

  • les nourrissons (de moins de 6 mois),
  • les femmes enceintes,
  • les personnes ayant des défenses immunitaires affaiblies.

Pour ces personnes fragiles, le vaccin est contre-indiqué. Aussi, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes souhaite inciter tout particulièrement l’entourage des personnes fragiles à la nécessité de se faire vacciner contre la rougeole pour les protéger.

Des affiches, avec 3 visuels différents (nourrisson, femme enceinte et personne immunodéprimée) ont été envoyées aux partenaires de l'ARS afin de sensibiliser chacun d'entre nous à la vaccination contre la rougeole.

Rappel : rougeole clinique

Fièvre supérieure ou égale à 38,5°C

+ éruption cutanée

+ au moins un des signes suivants : conjonctivite, coryza, toux, signe de Koplik.

La rougeole est une maladie à déclaration obligatoire. Pour déclarer un cas ou même une suspicion, téléchargez le formulaire Cerfa.

Le signalement est à faire sans délai à l'ARS dès le diagnostic clinique et sans attendre la confirmation biologique.

Pied de mail 2019

Aller plus loin

Chiffres de la rougeole en Auvergne-Rhône-Alpes

209 cas de rougeole ont été recensés en région Auvergne-Rhône-Alpes depuis le 1er janvier 2019 (cas résidant dans la région), soit près de 10% des cas déclarés à l’échelon national sur la même période.

Consulter le point épidémiologique de Santé publique France (page 3)