En cas d'épisode de chaleur, soyez vigilants en adoptant les bons comportements !

Article
Canicule

En cas d'épisode de chaleur, soyez vigilants en adoptant les bons comportements !

Comme chaque année, la veille saisonnière pour la détection et la gestion des vagues de chaleur est activée du 1er juin au 15 septembre.

En remplacement du plan canicule national et des plans départementaux de gestion d’une canicule (PDGC), la préparation et la gestion sanitaire de ces phénomènes repose désormais sur un dispositif spécifique Orsec, élaboré sous l’autorité du préfet de département et décliné en cas de vague de chaleur par l’ensemble des acteurs, et sur un dispositif national d’appui et de conduite de crise sanitaire.

Au niveau régional, les ARS se mobilisent en amont et durant toute la période dans le cadre de ces dispositifs.

Le terme « vague de chaleur » est un terme générique qui désigne une période au cours de laquelle les températures peuvent entraîner un risque sanitaire pour la population tels que des maux de tête, des nausées, des crampes musculaires et de la déshydratation. Le risque le plus grave étant le coup de chaleur, qui peut entrainer le décès.

Les populations vulnérables sont les premières concernées dès la survenue d’un pic de chaleur. Mais plus l’intensité de la chaleur va augmen­ter, plus la taille et les catégories de populations impactées vont s’accroitre : tous, y compris les jeunes et les adultes en bonne santé, peuvent alors être concernés.

Des effets indirects sont également conjoints à des vagues de chaleurs : le risque de noyade ainsi que l’augmentation des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires liées à la pollution atmosphérique. 

La disposition spécifique Orsec gestion des vagues de chaleur:

La prévention et la limitation des effets sanitaires de la canicule repose à compter de 2021 sur une disposition spécifique Orsec départementale « gestion des vagues de chaleur » et un dispositif national d’appui et de conduite de crise sanitaire qui remplacent respectivement les plans départementaux de gestion d’une canicule et le plan national canicule datant de 2004.

La disposition spécifique ORSEC gestion sanitaire des vagues de chaleur constitue la réponse des pouvoirs publics et des acteurs locaux pour anti­ciper et gérer les conséquences sanitaires d’une vague de chaleur.

Elle vise, sous l’autorité du préfet de départe­ment, à :

  • identifier la stratégie de communication permettant de diffuser les recommandations sanitaires aux populations concernées ;
  • identifier l’ensemble des acteurs concernés (publics, privés et associatifs), ainsi que leurs missions et leurs moyens ;
  • identifier les actions devant être mises en œuvre par chacun de ces acteurs, en cas de survenue d’une vague de chaleur, et notamment les mesures permettant si nécessaire de restreindre certaines activités à risques en cas de déclenchement de la vigilance météorologique rouge ;
  • définir les modalités de suivi de la situation, au niveau local, et de reporting au niveau national ;
  • prévoir les modalités de réalisation de retour d’expérience, et d’amélioration continue du dispositif.

La prévision de survenue d’une vague de chaleur s’appuie sur le dispositif de vigilance météoro­logique mis en place par Météo France dans le cadre général de la vigilance et d’alerte météo­rologique. Ce dispositif est destiné à avertir non seulement les autorités publiques, mais aussi la population, de la possibilité de survenue de phé­nomènes météorologiques. Il permet également de diffuser des recommandations de comporte­ment à la population.

Ce dispositif se matérialise sous la forme d’une carte nationale de vigilance, et d’un bulletin de suivi, qui sont réactualisés 2 fois par jour (6 et 16 heures), et sont accessibles sur le site de Météo-France.

https://vigilance.meteofrance.fr.

La surveillance météorologique du risque canicule est renforcée pendant la période du 1er juin au 15 septembre de l’année (veille saisonnière).

  • Le Ministère de la santé et des solidarités élabore la politique en matière de prévention et de contrôle des impacts de la chaleur sur la santé des populations. En cas d’alerte canicule ou de canicule extrême, en lien si nécessaire avec le ministère de l’intérieur, le centre opérationnel du ministère de la santé assure la centralisation et la synthèse de toutes les informations à des fins de décision et la coordination interministérielle. Il peut également mettre en place des actions de communication complémentaires à celles mises en œuvre par les acteurs territoriaux en mobilisant des moyens nationaux (médias nationaux, numéro vert « Canicule Info Services » …)
  • Météo France prévoit l’arrivée d’une vague de chaleur et déclenche les niveaux de vigilance (jaune, orange) en fonction de son intensité et de sa durée. Le niveau de vigilance rouge est déclenché par une décision de Météo-France, suite au franchissement prévu des seuils départementaux, et en accord avec les autres ministères concernés, et notamment le Ministère de l’Intérieur
  • Santé Publique France suit l’impact de la vague de chaleur sur la santé des populations et alerte les autorités sanitaires si nécessaire
  • Le préfet de département coordonne la rédaction de la disposition Orsec spécifique « gestion des vagues de chaleur » En cas d’alerte météorologique, il pilote sa mise en œuvre opérationnelle et articule la réponse avec les autres dispositions Orsec (alerte et information des populations, cellule d’information du public, soutien des populations, gestion des décès massifs)
  • Les acteurs locaux (institutionnels, associatifs, collectivités locales), l’Agence régionale de santé définissent chacun pour ce qui le concerne les mesures utiles prévues dans la disposition spécifique Orsec pour prévenir les impacts de la chaleur sur les populations et services dont ils ont la responsabilité

Au regard de ses attributions propres en matière de prévention, de soins et de prise en charge médico-sociale, l'Agence régionale de santé apporte son appui au préfet dans la mise en œuvre de la disposition spécifique Orsec de gestion sanitaire des vagues de chaleur. L’ARS assure également l’information réactive du ministère de la santé sur l’état de la situation sanitaire locale.

L'Agence régionale de santé :

  • veille au maintien des capacités de prise en charge suffisante des urgences par la permanence des soins en médecine ambulatoire dans les départements;
  • veille au maintien par les établissements de santé de leurs capacités de prise en charge des victimes d’une vague de chaleur;
  • s’assure que les établissements de santé et médico-sociaux disposent des moyens de prévention adéquats pour limiter l’impact d’une vague de chaleur sur les patients hospitalisés et les résidents accueillis. Elle s’assure également que les dispositions particulières « canicule » soient prévues dans les plans blancs des établissements de santé et les plans bleus des établissements médico-sociaux;
  • alerte les établissements et les professionnels de santé en cas de prévision et de survenue de vague de chaleur;
  • conseille le préfet sur les messages sanitaires de prévention à l’intention du public;
  • informe régulièrement le niveau national de la situation climatique et sanitaire régionale.

L’effet de la chaleur sur l’organisme est immédiat, et survient dès les premières augmentations de température (niveau de vigilance météorologique jaune) : les impacts de la chaleur sur la santé des populations ne se limitent pas aux phénomènes extrêmes.

Les populations vulnérables sont les premières concernées dès la survenue d’un pic de chaleur. Mais plus l’intensité de la chaleur va augmen­ter, plus la taille et les catégories de populations impactées vont s’accroitre : tous, y compris les jeunes et les adultes en bonne santé, peuvent alors être concernés.

Surveiller les personnes fragiles

Certaines personnes sont plus exposées aux risques et complications liés à la chaleur et demandent une surveillance particulière :

  • les nourrissons et les enfants (surtout de moins de 4 ans)
  • les personnes âgées de plus de 65 ans
  • les travailleurs manuels exerçant à l'extérieur et les personnes pratiquant du sport en plein air
  • les personnes souffrant de maladies chroniques ou de pathologies aigües au moment de la vague de chaleur
  • les personnes isolées, en situation de précarité et sans abri

Les personnes âgées, isolées ou handicapées peuvent se faire connaître auprès de leur mairie pour figurer sur leur registre afin que des équipes d’aide et de secours puissent leur venir en aide en cas de vagues de fortes chaleurs.

Quelques conseils utiles aux personnes fragiles et à leurs proche

  • Maintenir votre logement frais : fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais
  • Boire régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif
  • Manger en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool
  • Se rafraichir et mouiller son corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour
  • Passer si possible 2 à 3 heures par jour dans un lieu frais
  • Éviter de sortir aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique
  • Penser à donner régulièrement des nouvelles à ses proches et dès que nécessaire, oser demander de l’aide
  • Demander conseil à son médecin traitant, tout particulièrement en cas de maladie chronique ou de traitement médicamenteux régulier.

Pour les enfants

  • Limiter les sorties aux lieux ombragés et aérés
  • Préférer les activités physiques le matin
  • S’assurer que tous les enfants disposent d’un chapeau clair
  • Mouiller les enfants (avant-bras, nuque et visage notamment)
  • Les faire boire très régulièrement.

Pour tous

  • Boire régulièrement et suffisamment 
  • Ne pas faire d’efforts physiques intenses (sport, jardinage, bricolage)
  • Ne pas rester en plein soleil
  • Ne pas consommer d’alcool
  • Maintenir son habitation à l’abri de la chaleur
  • Porter des vêtements légers amples et clairs et un chapeau quand on est à l’extérieur
  • Être vigilant pour les autres et soi-même
  • Prendre des nouvelles de son entourage
  • Dès que l’on se sent mal, le signaler

 

En période de poursuite de l’épidémie de Covid-19 pendant la saison estivale, les mesures barrières doivent continuer de s’appliquer, même en cas de pathologie liée à la chaleur.

Des recommandations spécifiques en matière d’aération, de ventilation, de climatisation et de chauffage sont transmises aux établissements de santé et aux établissements médico-sociaux, afin de les aider à adapter la prise en charge de leurs patients.

Les gestes barrières doivent être maintenus 

Le virus est toujours présent. Il est donc indispensable de maintenir les gestes barrières pour nous protéger et protéger ceux qui nous entourent.

  • Se laver très régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou en utilisant du gel hydroalcoolique. Éviter de conserver les solutions hydro-alcooliques dans un endroit trop chaud ou en plein soleil.
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter à la poubelle, se laver les mains
  • Éviter de se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Respecter une distance physique d'au moins un mètre
  • En complément de ces gestes, porter un masque quand la distance d’un mètre ne peut pas être respectée.

Les rassemblements doivent être évités au maximum afin de limiter la propagation du virus. 

Pour les personnes malades du Covid-19

Le malade doit résider le plus possible dans une seule pièce (chambre par exemple).

L’aération et la ventilation des pièces, où la personne contaminée est isolée, est indispensable. Ces pièces doivent être aérées de façon séparée du reste du logement, en maintenant la porte fermée et en assurant le plus possible son étanchéité.

Certaines mesures de prévention dans le cadre d'épisodes de fortes chaleurs doivent être adaptées du fait de l’épidémie de Covid-19. Il s’agit notamment des mesures relatives à la ventilation et la climatisation. 

Le renouvellement régulier de l'air dans tous les espaces clos au moyen d'une aération (ouverture des fenêtres) et/ou d'une ventilation naturelle ou mécanique est nécessaire, quel que soit le contexte.  

Que le logement soit pourvu ou non d'un système de ventilation naturelle ou mécanique, il est recommandé de :

  • vérifier le bon fonctionnement des orifices d'entrée et de sortie d'air (grilles d’aération, conduits à tirage naturel...)  et de l'ensemble du système de ventilation (ventilation mécanique contrôlée – VMC  par exemple) ;
  • aérer régulièrement en ouvrant en grand les fenêtres, au minimum pendant 10 à 15 min deux fois par jour ;
  • s'assurer du renouvellement permanent de l'air dans les pièces fréquentées, y compris dans les sanitaires.

En cas d'utilisation d'un dispositif d'appoint individuel, type ventilateur ou climatiseur, à l’intérieur d’une pièce, il est recommandé de :

  • veiller à ce que le renouvellement de l'air soir assuré régulièrement ;
  • stopper le ventilateur avant qu'une autre personne n'entre dans cette pièce.

Cependant, l’utilisation d’un ventilateur à visée de brassage/rafraîchissement de l'air est contre-indiquée dès lors que plusieurs personnes sont présentes dans un même espace clos, même si elles portent un masque.

Un climatiseur individuel, qui prélève l'air dans la pièce puis le restitue à la température désirée, ne renouvelle pas l'air. Il faut donc assurer ce renouvellement de l'air par aération et/ou ventilation (naturelle ou mécanique).

En cas de visite à leur domicile, les personnes à risque de forme grave de Covid-19 doivent bien aérer la pièce dans laquelle le visiteur a été reçu.

 

Aller plus loin

Contact

Contactez le 15 si vous constatez les symptômes suivants :

Grande faiblesse, grande fatigue, étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, nausées, vomissements, crampes musculaires, température corporelle élevée, soif et maux de tête.

Dans l’attente des secours, il faut agir rapidement et efficacement : transporter la personne à l’ombre ou dans un endroit frais et lui enlever ses vêtements puis l’asperger d’eau fraîche et l’éventer.