L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

En hiver, préservez votre santé et celle de vos proches !

Actualité
Date de publication
Visuel
Hiver 2019
La période hivernale peut constituer un danger pour la santé de tous et particulièrement celle des personnes les plus fragiles. C'est pourquoi l’ARS rappelle les conseils de prévention face aux virus : la vaccination contre la grippe, les bons gestes à adopter contre les virus... et la prévention environnementale : monoxyde de carbone, polluants atmosphériques et ceux de l'air intérieur.
Corps de texte

Une campagne pour rappeler les bons gestes à adopter

Chaque année, 30% des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite et entre 2 et 6 millions de personnes sont touchées par la grippe saisonnière. Des gestes simples permettent pourtant de réduire la transmission des infections hivernales (grippe, rhume, gastro, bronchite, bronchiolite…).

C’est pourquoi, la Direction générale de la Santé, l’Assurance Maladie, Santé Publique France et les agences régionales de santé souhaitent rappeler les bons gestes à adopter pour un #HiverSansVirus.

  • Quels sont les gestes « barrières » qui permettent de nous protéger contre les virus de l’hiver ?
  • Quand et comment se laver les mains correctement ?
  • Pourquoi faut-il éviter de se toucher le visage ?
  • Que faire quand on est malade pour éviter de contaminer son entourage ?

Autant de questions qui trouveront des réponses tout au long de l’hiver à travers un dispositif de communication qui complète la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière pilotée par l’Assurance Maladie.

Les 7 gestes barrières

Et quand on est malade :

Ces 7 gestes constituent notre bouclier de protection contre les virus de l’hiver.

Visuel rappelant les bons gestes pour éviter les virus de l'hiver

Chaque année entre 2 et 6 millions de personnes sont atteints par le virus de la grippe en France.

La vaccination antigrippale est le moyen le plus efficace pour prévenir la grippe saisonnière. Elle réduit aussi le risque de complications graves et de transmission du virus, surtout vis à vis des personnes les plus fragiles.

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière se déroule cette année, du 15 octobre 2019 au 31 janvier 2020.

 

97 épisodes d’intoxications au monoxyde de carbone (CO) ont été signalés à l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes sur la saison de chauffe 2018-2019 (du 1er octobre 2018 au 31 mars 2019). Ils ont conduit à l’intoxication de 386 personnes, dont 182 ont été transportées vers un service d'urgence hospitalier, et à 6 décès cette même période.

La répartition des épisodes en fonction de leur lieu de survenue (habitat, établissement recevant du public, travail, autre) montre toujours une large prédominance d’épisodes domestiques d’origine accidentelle avec 82% de l’ensemble des épisodes déclarés.

L'intoxication au monoxyde de carbone est facilement évitable en appliquant les bonnes mesures de prévention.

Toutes les recommandations et informations sur le monoxyde de carbone pour éviter l'intoxication

 

 

 

Toute l’année nous sommes confrontés à la pollution chronique. Cette exposition quotidienne a des conséquences sanitaires. La période hivernale est propice à de nombreux pics de pollution qui renforce la pollution chronique.

À long terme, la pollution atmosphérique peut entrainer le développement ou l’aggravation de maladies chroniques telles que les cancers, les pathologies cardiovasculaires et respiratoires, les troubles neurologiques, les troubles du développement, etc.

La prévention des effets sanitaires de la pollution atmosphérique passe par la réduction des émissions (individuellement et collectivement) et la recherche d'une moindre exposition, notamment pour les personnes les plus sensibles.

L’hiver, l’exposition est d’autant plus importante avec l’utilisation du chauffage. Le chauffage individuel, essentiellement au bois, est le principal contributeur à l'émission de particules fines. Les transports routiers sont également producteurs de particules et à l’origine d’autres émissions comme les rejets issus du diesel.

De plus, les conditions atmosphériques limitent la dispersion des polluants.

La pollution atmosphérique représente la première cause de mortalité par un facteur environnemental.

  • 62 % de la population vit dans une « zone sensible à la pollution de l’air » en Auvergne-Rhône-Alpes.
  • 4 400 décès annuels dans notre région sont imputables à la pollution atmosphérique.
  • 1 300 décès pourraient être évités dans notre région en cas de réduction de la pollution.

Il faut distinguer les températures froides ordinaires observables en hiver des vagues de froid proprement dites, épisodes de plusieurs jours consécutifs pendant lesquels la température est exceptionnellement basse et pouvant s’accompagner de neige ou de verglas.

Quel risque pour la santé face à un froid extrême ?  

Le froid agit sur la santé à plusieurs niveaux :  

  • directement, occasionnant par exemple des hypothermies (
  • indirectement, comme dans le cas des intoxications au monoxyde de carbone.  

Contrairement à la chaleur qui agit rapidement sur l’organisme, le froid peut avoir des effets rapides (hypothermies, asthme au froid, etc.) mais aussi retardés (accidents vasculaires cérébraux, infections respiratoires, etc.).  

La neige et le verglas ont quant à eux des effets collatéraux tels que des traumatismes ou des intoxications au monoxyde de carbone. En effet, il existe un risque de fracture accru en hiver, dû aux chutes sur la neige et le verglas. Ces chutes peuvent avoir des conséquences à plus ou moins long terme (hospitalisations, etc.), en particulier chez les personnes âgées. 

Par ailleurs en hiver, les épidémies de grippe et autres phénomènes infectieux, ainsi que les facteurs de risque comportementaux, peuvent également faire augmenter la mortalité et interférer avec le froid. Il est donc difficile de déterminer la part du risque lié au froid dans les pathologies hivernales.

Différents acteurs vous informent pour vous dire si vous pourriez être concerné par une vague de froid : soyez à l’écoute !

Le soleil dope le moral et favorise la fabrication de vitamine D ! Mais on oublie souvent qu’il peut aussi présenter des risques graves pour la santé.

Contrairement aux idées reçues, l’intensité des rayons ultraviolets (UV) du soleil n’est pas liée à la sensation de chaleur et les rayons peuvent être très forts lorsqu’il y a des nuages, du vent ou de la neige. La réverbération due aux surfaces claires augmente leur intensité.

Pour prévenir les risques de lésions oculaires voire de cécité (temporaire) liés à la réflexion des rayons UV sur la neige et protéger votre peau des brûlures du soleil, il est important d’utiliser une crème solaire adaptée et de porter des lunettes de soleil avec un filtre anti-UV (catégorie 4) et des montures enveloppantes.
 

Nous passons 80% de notre temps dans des espaces clos : logement, travail, transport …

La période de chauffe est encore plus propice au confinement de ces espaces, par soucis d’économie au détriment de la qualité de l’air respirée. Les matériaux de construction ou de décoration, les produits ménagers, l’humidité que nous produisons, les animaux domestiques ou encore l’utilisation de bougies et l’encens ont un impact sur la qualité de l’air de nos intérieurs.

Aérer son logement au moins 10 minutes par jour permet de renouveler l’air intérieur, sans gaspiller trop de chaleur.

Faire entretenir et faire vérifier les appareils de chauffage à combustion permet d’éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Privilégier l’utilisation des produits les moins émissifs étiquetés A+ pour les activités de bricolage et la décoration ou avec un écolabel pour les produits ménagers et éviter l’utilisation de bougies et d’encens dans les espaces clos pour limiter leur impact sur l’air intérieur.

 

La vaccination est le meilleur moyen de prévention pour se protéger vous et vos patients contre la grippe et limiter les complications dues à cette maladie.

Pour vous, professionnels de collectivités de personnes âgées, voici les outils pour signaler, identifier le germe, surveiller, contrôler la situation

Aller plus loin