Les situations d'urgence en EHPAD

Article
Visuel
L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes travaille avec les réseaux des urgences et les EHPAD de la région pour améliorer la prise en charge des personnes âgées en situation d'urgence : un programme de formation a notamment été développé.
Corps de texte

En France, les personnes âgées de 75 ans et plus constituent 10 % de la population générale. Elles représentent 12 à 20 % des passages adultes aux urgences. Le délai d’obtention d’un lit excède quatre heures dans 10 % des cas.
Un tiers sont adressés par un Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Les réseaux des urgences de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont lancé en 2009 un programme d’amélioration continue de la prise en charge des personnes âgées aux urgences. Dans ce cadre, un programme de formation a été développé et évalué par le Réseau des urgences de la vallée du Rhône (RESUVal), à destination des professionnels des EHPAD. Il est repris par l’ensemble du réseau d’urgences de la région et est assorti d’outils d’aide à la décision (référentiels, check-lists, hotline…). Il sera développé à compter de janvier 2020 pendant 3 ans.

Ce programme a impliqué, entre 2015 et 2017, 20 EHPAD sur le territoire du Centre hospitalier (CH) Lucien-Hussel de Vienne. En 3 ans, il a permis d’optimiser le recours aux urgences et la prise en charge des résidents sur leur lieu de vie en réduisant les transferts aux urgences de 27,4 % et les hospitalisations de 22,1 %.

Un livret d'aide à la décision et à l'orientation

Avec l’appui de l’Agence régionale de santé Auvergne Rhône-Alpes et des réseaux des urgences, un document a été créé pour recenser l’essentiel des outils transposables pour permettre leur partage en région. Opérationnel et pragmatique, il est le fruit d’un travail collaboratif entre spécialistes hospitaliers (urgentistes, gériatres, pharmaciens, infirmiers…) et professionnels d’EHPAD (directeurs, médecins coordinateurs, infirmiers…). Il vise à apporter une aide à la décision diagnostique, thérapeutique et d’orientation du résident d’EHPAD en situation d’urgence.

Téléchargez le livret en pdf ci-dessous :

> Vous pouvez également feuilleter le livret sur Calaméo

Retrouvez en bas de page, dans la partie à télécharger, les fiches "check lists" détachées du guide, ainsi que la fiche de liaison d'urgence.

 

Les objectifs du programme de formation

L’objectif principal de ce programme est d’optimiser le recours aux urgences et de privilégier la prise en charge en EHPAD des résidents, à travers une formation de soignants ou de formateurs relais qui seront chargés de la mise en place dans leur EHPAD.
Le programme de formation se déroule sur une journée. Ses objectifs sont :

  1. Savoir reconnaître une situation d'urgence, et en déduire les actions à mener.
  2. Savoir mettre en œuvre en situation d'urgence le référentiel approprié.
  3. Savoir alerter et transmettre un bilan adapté à la situation.
  4. Actualiser ses connaissances.
  5. Être en capacité de relayer le message dans son EHPAD en tant que formateur relais.

 

 

Les référentiels et le programme de formation sont rédigés par un comité scientifique représentatif : médecins urgentistes, gériatres, spécialistes en soins palliatifs, coordonnateurs d’EHPAD, infirmier(e)s d’EHPAD, infirmier(e)s des urgences.

Les check-lists permettent au soignant en EHPAD de récapituler les éléments nécessaires à l'évaluation du niveau d'urgence et de les communiquer en interne, au Centre 15 ou à sa structure d’urgence de référence, pour la demande d’un conseil ou d’un transfert.
Des recommandations concernant les équipements et matériel d’urgence viennent compléter le dispositif.

Le programme est déployé en 4 étapes :

  1. Évaluation du parcours patient EHPAD – structure d’urgence.
  2. Évaluation des ressources (pharmacie, extracteur d’oxygène, prescription anticipée, infirmier(e) de nuit…).
  3. Formation des soignants aux référentiels.
  4. Évaluation d’impact de la formation sur les pratiques des soignants et sur le parcours patient.

La formation s’articule autour de 4 axes :

  • apports théoriques en lien avec les référentiels ;
  • entraînement à des gestes techniques ;
  • mises en situations professionnelles par des « jeux de rôles » et analyse des pratiques ;
  • partage d'expérience entre les participants.

Le matériel pédagogique comprend un mannequin de désobstruction des voies aériennes, deux mannequins de massage cardiaque, un défibrillateur semi-automatique de formation, maquillage et de sang artificiel pour les jeux de rôles.

 

L’efficacité du dispositif repose sur la collaboration Services d'urgences (SU) – EHPAD, au sein d’un même Groupement hospitalier de territoire (GHT), ou plus largement à l’échelle du bassin d’attractivité des urgences.
La mise en place de la formation des soignants tient compte des contraintes et moyens disponibles. Idéalement, il s’agit d’une formation entre pairs, portée par des infirmier(e)s des urgences ou par les cadres et infirmier(e)s référents d’EHPAD, avec l’appui des médecins coordonnateurs.

Des règles de collaboration de base sont indispensables à respecter :

  • un soignant en EHPAD doit pouvoir joindre l’Infirmier(e) organisateur(rice) de l’accueil (IOA), un interne ou un médecin des urgences pour conseiller, discuter la pertinence d’un transfert ou annoncer l’arrivée d’un résident ;
  • le SU définit en concertation avec d’autres spécialités les numéros de téléphone à communiquer aux EHPAD de leur bassin (exemple : avis gériatrique ou échographie-doppler en urgence) ;
  • le SU doit être informée de l’arrivée d’un résident lorsque le transfert est décidé par le Centre 15, le médecin traitant ou le médecin coordonnateur ;
  • l’EHPAD doit être informé du retour du résident, quelle que soit l’heure.

 

Le rôle des réseaux des urgences :

  • permettre aux acteurs locaux de se rapprocher (organisation des premières réunions, présentation du dispositif) ;
  • assurer la diffusion des référentiels et leur appropriation en EHPAD via des professionnels relais (cadre, infirmier(e), médecin coordonnateur) ;
  • mettre en place des mesures d’amélioration continue des pratiques et leur évaluation.