La vaccination

Article

Les vaccins sont les moyens les plus efficaces de se protéger contre certaines infections graves.
C'est pour continuer à se protéger contre ces maladies qu'il est important de se faire vacciner.

La vaccination est un geste de prévention permettant d’éviter des maladies infectieuses graves ou porteuses de complications graves, pour lesquelles il n’existe souvent aucun traitement. Elle participe aussi à la prévention de 2 cancers : celui du foie et du col de l’utérus.

Le bénéfice de la vaccination est double : il permet de se protéger individuellement et il permet de protéger son entourage, notamment les personnes les plus fragiles telles que les nouveau-nés, les femmes enceintes et les personnes malades ou les personnes âgées.

Cependant la couverture vaccinale qui correspond à la proportion de personnes vaccinées dans une population à un moment donné reste insuffisante pour stopper la propagation de ces maladies.

L’objectif de l’ARS consiste donc à atteindre et maintenir un niveau de couverture vaccinale suffisant pour les vaccins inscrits au calendrier vaccinal (en règle générale 95% de la population vaccinée).

Le principe de la vaccination peut se résumer en trois étapes :

  1. Tout d’abord, un microbe inactif ou très affaibli est introduit dans le corps ;
  2. Ensuite, en réaction à cette stimulation, le corps produit des défenses appelées anticorps ;
  3. Enfin, si l’organisme entre plus tard en contact avec le « vrai » microbe, les anticorps agiront très vite et permettront au corps de se défendre pour empêcher la maladie de se développer.

Attention, les vaccins protègent seulement des maladies contre lesquelles la personne est vaccinée. Par exemple, le vaccin contre l’hépatite B protège seulement contre l’hépatite B.

 

vaccination comment ça marche

 

Le médecin traitant est le premier professionnel de santé auprès de qui vous pourrez vous faire vacciner.

Les vaccinations peuvent aussi être effectuées :

  • par tout médecin libéral ou hospitalier ;
  • par un(e) infirmier(e) sans prescription pour les patients de plus de 16 ans ;
  • par les pharmaciens sur prescription et avec l’ordonnance du médecin ;
  • par une sage-femme lors d’une consultation gynécologique pour certains vaccins et dans certaines situations pour l’entourage du nouveau-né ;
  • dans les services de médecine du travail ;
  • dans les centres de vaccination publics ;
  • dans les centres internationaux de vaccination agréés pour certains vaccins ;
  • dans les CeGIDD, les centres de planification familiale, les centres d’examens de santé 
  • dans les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de 7 ans ;

Le pharmacien peut délivrer des conseils sur les vaccins.

Pour toute personne dépourvue de mutuelle ou de médecin traitant, les vaccinations du calendrier vaccinal sont gratuites (achat du vaccin et injection) lorsqu’elles sont effectuées en centre de vaccination.

Retrouvez la liste des centres de vaccination de la région en cliquant sur le lien ci-dessous :

Poursuite de l’augmentation du recours à la vaccination chez les nourrissons (nés en 2021) soumis à l’extension de l’obligation vaccinale :

  • 89,5% ont reçu une 1ère dose du vaccin contre le méningocoque C (+ 3,4 points par rapport à 2019)
  • 92,5% ont reçu le rappel du vaccin contre le méningocoque C (+ 2,6 points par rapport à 2018)

Mais stabilisation de la progression sur d’autres valences :

  • 91,3% ont reçu une 3ème dose de vaccin hexavalent (+ 0,3 point par rapport à 2019)
  • 91,5% ont reçu une 3ème dose du vaccin contre le pneumocoque (- 0,4 point par rapport à 2019)
  • 93,7% ont reçu une 1ère dose du vaccin ROR (+ 0,4 point par rapport à 2018)

Augmentation des couvertures vaccinales chez les enfants nés avant l’entrée en application de la loi :

  • + 5,5 points pour 1ère dose du vaccin HPV chez les jeunes filles de 15 ans nées en 2006 (45,1%) en comparaison avec celle des jeunes filles nées en 2005 (39,6%)
  • augmentation de la couverture vaccinale de rattrapage contre le méningocoque C dans toutes les classes d’âge chez les moins de 18 ans

Augmentation de la couverture vaccinale grippe par rapport à la saison 2019-2020 :

  • + 4,7 points chez les personnes de 65 ans et plus, en léger retrait par rapport à la saison 2020-2021

 Pour en savoir plus, téléchargez le Bulletin Santé publique de la région :

La vaccination est une avancée médico-scientifique majeure de l’histoire contemporaine mais sa pratique et son acceptabilité sont aujourd’hui contestées dans de nombreux pays, tout particulièrement en France.

L'IREPS (Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé pour tous) revient sur les principaux facteurs sociaux, culturels et psychologiques qui nourrissent l’hésitation vaccinale et sur les modalités possibles de soutien de nos structures à vos actions en faveur de la vaccination.