Les 1 000 premiers jours

Article

La notion des 1000 premiers jours s’applique à la période de vie allant de la grossesse aux deux ans de l’enfant. C’est une période cruciale pour le développement de l’enfant et pour la construction de sa santé pour la vie entière. C’est aussi un moment fondamental dans la vie des parents.

Il est établi aujourd’hui scientifiquement que les actions qui sont menées au plus tôt dans la vie, de la grossesse jusqu’aux deux ans de l’enfant, dans la période sensible dite « des milles premiers jours », sont parmi les plus efficientes en santé publique. Ce sont elles qui vont permettre aux enfants d’atteindre leur plein potentiel de développement jusqu’à l’âge adulte.

Depuis 2021, le projet national des 1 000 premiers jours est piloté par le ministère des solidarités et de la santé et mené avec la Sécurité sociale, Santé publique France, ainsi que les agences régionales de santé et les Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail des solidarités (DREETS). Il comprend 5 axes d'actions :

  1. Améliorer l’accompagnement des parents pendant toute la période, en tâchant d’éviter les discontinuités et de renforcer le soutien aux moments clefs.
  2. Proposer un accompagnement renforcé selon les besoins des parents.
  3. Mettre à la disposition des (futurs) parents des informations simples, accessibles et fiables.
  4. Inviter les parents à prendre du temps pour construire la relation avec leur enfant
  5. Améliorer encore la qualité des modes d’accueil du jeune enfant

Retrouvez dans cette rubrique les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de cette stratégie.

Santé publique France et le Ministère des Solidarités et de la Santé proposent des outils pour informer les parents et futurs parents.

Un campagne a été lancée le 26 octobre 2021, avec pour objectif de sensibiliser sur cette période charnière et de promouvoir les outils mis à disposition.

 

 

Qu'est-ce que le Référent parcours périnatalité (Répap) ?

Le RéPAP est une expérimentation à l’initiative du Ministère de solidarités et de la santé. L’arrêté du 27 juillet 2021 précise qu'il s'agit de proposer à toutes les femmes enceintes, et en particulier aux plus vulnérables, un accompagnement renforcé, personnalisé et gradué par un référent parcours périnatalité. Cet accompagnement par le RéPAP est mis en œuvre du début de la grossesse aux trois mois de l’enfant, en complémentarité et en coordination avec les dispositifs et professionnels existants.

Les centres hospitaliers de Valence (et les deux Centres périnataux de proximité de Crest et de Die qui lui sont associés), de Romans-sur-Isère et de Montélimar ainsi que le service départemental de PMI et les professionnels libéraux sont engagés dans ce projet et bénéficient de l’accompagnement de la Direction générale de la santé et de l’Agence régionale de santé pour sa mise en œuvre.
C’est le centre hospitalier de Valence qui assurera le pilotage opérationnel. Le démarrage des inclusions est prévu au cours du dernier trimestre 2021.

Comment et auprès de qui intervient le référent parcours périnatalité ?

L’entretien prénatal précoce sera un moment privilégié, mais non exclusif, d’information sur le dispositif. Le RéPAP sera choisi par la femme enceinte parmi les professionnels qui auront signé une charte d’engagement. Il peut être un professionnel de santé qui suit la grossesse ou un autre professionnel. Il réalisera un premier entretien avec la femme enceinte après l’inclusion, puis au 8e mois et 15 jours après l’accouchement. Un dernier entretien aura lieu avant les 4 mois de l’enfant. Si des critères de vulnérabilité - notamment socio-économiques, psychologiques, relevant du handicap et des addictions - sont repérés, la femme pourra bénéficier d’un parcours renforcé.

Le RéPAP assurera aussi une disponibilité téléphonique pour la femme enceinte et une bonne coordination entre les différents professionnels mobilisés autour de sa grossesse et des premiers mois de son enfant.

L’accompagnement par un RéPAP de la Drôme sera proposé à toutes les femmes enceintes de moins de 7 mois, domiciliées dans la Drôme dès le début de l’expérimentation.

Les inclusions seront possibles pendant 12 mois à partir de la première inclusion, qui devrait intervenir avant la fin de l’année 2021 : 2 500 inclusions sont attendues sur la Drôme (environ 50 % des femmes enceintes), avec une estimation de 20 % de femmes qui bénéficieront d’un parcours renforcé.