Auvergne-Rhône-Alpes

Lutte contre les arboviroses

Article
Visuel
Image Source
lyme
La maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) est transmise à l’Homme par piqûres de tiques infectées qui vivent dans les zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins et les parcs forestiers ou urbains.
En Auvergne-Rhône-Alpes, Le taux d’incidence de la maladie de Lyme est plus élevé que le taux national.
Corps de texte

Symptômes de la borréliose de Lyme

Les symptômes de cette maladie sont très variables et peuvent se manifester de manière épisodique. Chez certaines personnes, l'infection peut passer totalement inaperçue mais il est généralement constaté l’évolution suivante

Dans les jours ou semaines qui suivent la morsure d’une tique : une plaque rouge, appelée « érythème migrant », apparaît autour de la zone de morsure et s'étend progressivement. Il peut disparaître tout seul en plusieurs semaines.

Quelques semaines ou mois plus tard : en l'absence de traitement, des atteintes du système nerveux (nerfs, paralysie faciale, méningite, …), des articulations (arthrite du genou surtout) et plus rarement de la peau, du cœur (troubles du rythme) et/ou de l’œil peuvent survenir.

Après plusieurs mois ou années : toujours en l'absence de traitement, des atteintes chroniques du système nerveux, des articulations ou de la peau peuvent s'installer.

 

Ceci est un érythème migrant
Ceci est un érythème migrant
Ceci n'est pas un érythème migrant
Ceci n'est pas un érythème migrant

Incidence en Auvergne-Rhône-Alpes

La maladie de Lyme n’est pas une maladie à déclaration obligatoire mais fait régulièrement l’objet de signalements auprès de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes.

Le réseau Sentinelles fournit depuis 2009 des estimations régionales du nombre de cas et de l'incidence de la maladie de Lyme.

En Auvergne-Rhône-Alpes, on peut estimer une incidence annuelle de cette maladie de 154 cas pour 100 000 habitants. Les départements les plus touchés de la région sont :

-     la Haute-Savoie avec une estimation de l'incidence annuelle de la maladie comprise entre 197 et 210 cas pour 100 000 habitants ;
-     l'Ain avec une estimation comprise entre 129 et 157 cas pour 100 000 habitants
-     le Puy-de-Dôme avec une estimation comprise entre 91 et 117 cas pour 100 000 habitants.

« La région Auvergne-Rhône-Alpes est une région où l'incidence est globalement plus élevée que l'incidence nationale. »

Des disparités très importantes existent entre les départements, de 210 cas pour la Haute-Savoie à 53 cas pour 100 000 habitants pour l'Allier.

Selon le réseau Sentinelles, 35 000 cas ont été recensés en France en 2013 mais la déclaration n'étant pas obligatoire, on estime à environ 65 000 le nombre de nouveaux cas par an.

Il s’agit d’un vrai problème de santé publique.

Aller plus loin

Documents à télécharger

Liens utiles