Cas de coqueluche dans la région : point de situation et recommandations

Alerte sanitaire
Alerte sanitaire en cours : coqueluche - illustration avec un nourrisson malade

Depuis début 2024, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes a reçu plus de 150 signalements de cas de coqueluche (isolés ou groupés) – contre 11 signalements pour toute l’année 2023. Retrouvez sur cette page un point de situation relatif à cette recrudescence et les recommandations à destination de la population, des professionnels de santé et des professionnels de la petite enfance.

Contexte

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse, due à une bactérie. Elle peut provoquer une simple toux ou des quintes de toux importantes et des difficultés respiratoires qui persistent pendant plus de sept jours.

Les nourrissons, femmes enceintes, personnes immunodéprimées ou atteintes de maladie respiratoire chronique peuvent développer des formes graves.

Pour plus d’informations sur les symptômes et recommandations de vaccination contre la coqueluche, consultez sur notre page dédiée.

La coqueluche ne fait pas partie des 38 maladies à déclaration obligatoire à signaler à l’ARS. Toutefois, le signalement à l’ARS des cas groupés est recommandé, notamment en cas de survenue dans une collectivité fréquentée par des personnes à risque de formes graves : maternités, crèches, établissements de santé, etc.

L’augmentation des signalements entre 2023 et 2024 démontre qu’il y a une circulation importante de la maladie en Auvergne-Rhône-Alpes : 150 situations correspondant à des cas isolés ou des cas groupés depuis janvier 2024 contre 11 pour toute l’année 2023.

L’ARS ARA est particulièrement attentive à cette recrudescence des cas et à la gestion des situations qui lui sont signalées. La Savoie, la Haute-Savoie, la Drôme et le Rhône enregistrent le plus grand nombre de signalements.

Nombre de signalements de coqueluche reçus depuis début 2024 (mise à jour au 5 juin 2024)
  Février Mars Avril Mai Juin Total général
Ain - 2 - 1 - 3
Allier - - 2 2 - 4
Ardèche - - - 12 - 12
Drôme - 2 4 12 1 19
Haute-Savoie 2 6 9 12 1 30
Isère - 3 3 9 - 15
Loire - - - 4 - 4
Puy-de-Dôme - - - 13 2 15
Rhône - 1 2 16 1 20
Savoie - 8 6 17 - 31
Total général 2 22 26 98 5 153

Recommandations à la population

En cas de symptômes de la coqueluche, la personne malade doit :

  • consulter son médecin le plus rapidement possible pour une mise à jour vaccinale et un éventuel traitement antibiotique préventif,
  • respecter les gestes barrières : se laver les mains, tousser dans son coude, porter un masque.
  • s'isoler et ne pas fréquenter les lieux de collectivité : crèche, école, travail, etc.

Pour tout complément d’informations, notamment sur la vaccination contre la coqueluche, consultez la page dédiée.


Recommandations aux professionnels de santé et personnels en EHPAD

La coqueluche n’est pas une maladie à déclaration obligatoire mais les médecins doivent signaler les cas à l’ARS dans deux situations spécifiques

  1. Dans le cadre du signalement des infections nosocomiales : infection associée aux soins, contractée au cours d'un séjour dans un établissement de soin,
  2. Lors de la survenue de cas groupés (à partir de 2 cas) en collectivité.

En tant que professionnels de santé, soignants, personnels en lien avec des patients ou des personnes âgées, il vous est fortement recommandé de vous vacciner contre la coqueluche.


Recommandations aux professionnels de la petite enfance

La vaccination contre la coqueluche est également fortement recommandée pour :

  • Les personnes travaillant en lien étroit avec des nourrissons de moins de 6 mois : personnels dans les maternités, services de néonatalogie, de pédiatrie,
  • Les professionnels de la petite enfance, dont les assistants maternels,
  • Les personnes effectuant régulièrement des baby-sittings.

Pour tout complément d’informations sur la vaccination contre la coqueluche, consultez la page dédiée.