Eaux de baignade

Article
Visuel
ETE 2019
La baignade est une activité très appréciée en période estivale. Sa pratique comporte des risques dont les principaux sont la noyade et les infections liées à une eau de mauvaise qualité par contact cutané ou par ingestion. L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes effectue chaque année le contrôle sanitaire des sites de baignade de la région.
Corps de texte

La commune recense, chaque année, toutes les eaux de baignade sur son territoire, qu'elles soient aménagées ou non (art. L.1332-2 du code de la santé publique). La commune encourage la participation du public à ce recensement, et informe l’ARS de ses résultats.

La qualité de l'eau et l’état général de propreté des plages font l’objet d’une surveillance quotidienne par la personne responsable de l’eau de baignade.

En parallèle, l'ARS met en œuvre un contrôle sanitaire de la qualité des eaux, comprenant constats, tests sur place et analyses en laboratoire. Le premier contrôle a lieu 10 à 20 jours avant l’ouverture du site de baignade, puis toutes les deux semaines durant la période d’ouverture.

Les prélèvements d’eau et analyses sont commandés par l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et réalisés par un laboratoire agréé par le ministère chargé de la santé. L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes réalise l'interprétation sanitaire de chaque résultat d'analyse. Ces informations sont disponibles par affichage sur les lieux de baignades mais aussi sur internet pour les baignades naturelles, à l’adresse: baignades.sante.gouv.fr

En cas de non-conformité, des mesures immédiates peuvent être édictées par l’ARS pour préserver la santé des usagers, ces mesures pouvant aller de la limitation de certaines activités à la fermeture du lieu de baignade concerné.

En fin de saison, les eaux de baignade sont classées selon les résultats obtenus sur les 4 dernières années (voir ci-dessous).

Les résultats des contrôles de la qualité des eaux de baignade sont transmis par l’ARS aux personnes responsables des sites de baignade pour affichage. Ils peuvent également être consultés sur le site internet du ministère de la santé (baignades naturelles uniquement).

Sur certains sites de baignade, une surveillance complémentaire est réalisée à l’initiative de la personne responsable du site de baignade. Les résultats de cette surveillance sont également susceptibles d’être affichés sur site.

En 2019, 290 sites de baignades situés au niveau de plans d’eau, lacs ou rivières, ont été contrôlés par l’ARS, soit 1548 prélèvements réalisés par les différents laboratoires agréés pour analyses bactériologiques. Au final, 1527 prélèvements se sont avérés conformes aux exigences de qualité, soit plus de 96% des prélèvements réalisés.

Conformément à la Directive européenne depuis 2013, la qualité des eaux de baignade est évaluée selon 4 classes de qualité : « insuffisante », « suffisante », « bonne » ou « excellente », en fonction des résultats des analyses bactériologiques obtenues pendant les 4 saisons précédentes. Ce classement est européen et prend en compte la moyenne des valeurs obtenues, et la fluctuation de ces valeurs.

A l’issue de la saison 2019, les classements des sites de baignade naturelle sont les suivants :

  • 216 sites de qualité excellente ;
  • 39 sites de bonne qualité ;
  • 11 sites de qualité suffisante ;
  • 9 sites de qualité insuffisante ;
  • 16 sites non classés pour des raisons diverses (nouveaux sites, sites en travaux…).

Consultez le bilan des eaux de baignade 2018 de la région
Consultez le communiqué de presse sur le bilan des eaux de baignade 2018 en France
Consultez la carte interactive de la qualité des eaux de baignade à l’échelle européenne 

Dans le cadre du contrôle sanitaire organisé par l'ARS, différents micro-organismes sont analysés par le laboratoire agréé par le ministère de la Santé. Ces analyses portent sur les paramètres suivants :

  • Escherichia coli et entérocoques pour les baignades naturelles ;
  • Escherichia coli, entérocoques, Pseudomonas aeruginosa et Staphylocoques pathogènes pour les baignades artificielles ;
  • Cyanobactéries (et le cas échéant leurs toxines) sur certains sites de baignades où des risques de développements ont été identifiés.

Les bactéries d'origine fécales (Escherichia coli et entérocoques)

Ces bactéries sont des germes dont la présence dans l’eau démontre que cette eau a été contaminée par des matières d’origine fécale, pouvant provenir :

  • De systèmes d’assainissement, collectifs ou individuels ;
  • De déjections animales (épandages agricoles, pâturages, faune sauvage…) ;
  • Des baigneurs eux-mêmes, en cas de forte fréquentation de la baignade.

Un dépassement des valeurs impératives pour l’un ou l’autre de ces paramètres implique une fermeture du site de baignade et une enquête par la personne responsable de la baignade visant à identifier les causes de la contamination de l’eau, et à mettre en place les mesures correctives nécessaires. La réouverture de la baignade est possible après que des analyses de recontrôle aient démontré le retour à la conformité de l’eau.

Les cyanobactéries et leurs toxines

Les cyanobactéries planctoniques se retrouvent essentiellement dans les plans d'eau, et se développent suite aux apports excessifs en azote et en phosphore dans l'eau.

Les cyanobactéries benthiques sont susceptibles de se développer dans certains cours d'eau, en présence de chaleur, de lumière et de courants modérés. Elles se développent à la surface des galets, au sein de biofilms. Les animaux domestiques (chiens en particulier) y sont particulièrement sensibles s'ils viennent à consommer ces flocs. Des précautions particulières s'imposent vis-à-vis des jeunes enfants. Les recommandations sanitaires suivantes sont à appliquer :

  • Ne pas ingérer de biofilm ou de flocs ;
  • Ne pas jouer avec des bâtons ou galets ayant été immergés, ne pas les porter à la bouche ;
  • Ne pas se baigner dans des zones où les flocs sont accumulés ;
  • Tenir les chiens en laisse et ne pas les laisser accéder à la rivière.

Consultez la fiche de recommandations sanitaires

 

Les profils de baignade doivent être réalisés pour chaque baignade, et être révisés plus ou moins régulièrement selon le classement de l’eau de baignade.

Il s’agit d’études visant à :

  • Evaluer la vulnérabilité du site de baignade, par un inventaire et une analyse des sources de dégradation potentielle de la qualité de l’eau de baignade (contamination bactériologique, chimique, développement algal, présence de nuisibles, etc.).
  • Proposer un plan d'action pour supprimer ou limiter ces risques et un plan de gestion pour assurer la sécurité des usagers en situation de risques avérés. 

Une fiche de synthèse du profil de baignade doit être affichée sur site.

Une baignade artificielle est une baignade dont l’eau est maintenue captive, c’est-à-dire dont l’eau est séparée des eaux de surface ou des eaux souterraines par aménagement (bassins, barrages, piscines naturelles ou biologiques).

Ces baignades sont soumises à une pollution du milieu comme pour les baignades naturelles à laquelle s’ajoute la contamination inter-baigneurs comme pour les piscines. Le renouvellement de l’eau de ces baignades ainsi que l’hygiène des baigneurs doivent être particulièrement surveillés.

Une réglementation est applicable sur les baignades artificielles depuis avril 2019. Cette réglementation est plus stricte que pour les baignades naturelles, et comprends notamment des exigences de qualité portant sur des indicateurs de contamination inter-baigneurs, à savoir les Pseudomonas aeruginosa et les staphylocoques pathogènes.

La réglementation distingue 2 catégories de baignades artificielles :

  • celles en système ouvert dont l’alimentation se fait exclusivement par de l’eau neuve non recyclée,
  • celles en système fermé dont l’alimentation en eau est en tout ou partie recyclée.

L’ARS est en charge de la mise en œuvre du contrôle sanitaire des baignades artificielles. Ce contrôle porte sur l’eau de la baignade et parfois sur l'eau de remplissage des installations. A la différence des baignades naturelles, les eaux de baignades artificielles ne font pas l’objet d’un classement.

Le SARS-CoV-2 est un virus qui infecte principalement les cellules des voies respiratoires hautes et basses et provoque les symptômes du COVID 19.

Au cours de l’infection par le virus SARS-CoV-2, des signes digestifs à type de diarrhées sont observés chez 2 à 15 % des patients symptomatiques ; toutefois  aucune étude n’a, à ce jour, permis de déterminer si les virus présents dans les selles étaient infectieux.

Face au doute quant au caractère infectieux du virus SARS-CoV-2 dans les eaux usées et pluviales, le Haut Conseil de la Santé Publique a indiqué qu’une analyse du risque d’infection transmise pourrait se justifier pour les eaux de baignade sensible aux pollutions d’origine fécale, pendant la phase de déconfinement.

Les mesures réglementaires rappelées ci-dessus, doivent donc être appliquées : fermetures préventives, mesures associés à la dégradation de la qualité de l’eau, ….

Cette vigilance accrue a été rappelée à l’ensemble des responsables de baignades sur la région.

Il est d’une importance majeure de rappeler qu’en l’état des connaissances, la transmission du virus SARS-CoV-2 est essentiellement inter-humaine à partir d’aérosolisation de particules virales contenues dans les gouttelettes et par contacts mains-visage.

En conséquence, c’est le respect strict des mesures générales de distanciation physique préconisées dans le cadre de la crise Covid-19 qui constitue l’élément fondamental et prioritaire de prévention générale.

Ces mesures doivent être organisées, appliquées, respectées sur ces sites qui, par définition, sont recommandés pour rassembler des baigneurs dans des zones de surveillance destinées à prévenir les accidents. Les mesures de distanciation physique sont à respecter en tous lieux concernés et notamment, les parkings, les espaces d’accès, les berges, les équipements et les zones de baignade.

En lac comme en rivière, il est à déplorer chaque année un grand nombre de noyades. Par conséquent, il vous est vivement conseillé de respecter les recommandation suivantes :

  • baignez-vous dans les secteurs surveillés et respectez les consignes locales de sécurité ;
  • apprenez à nager et accompagnez les enfants au bord de l'eau ;
  • ne surestimez jamais vos capacités physiques ;
  • évitez la baignade dans les 2 heures qui suivent un repas copieux ou une consommation d’alcool ;
  • entrez progressivement dans l'eau, surtout après une exposition prolongée au soleil, pour éviter toute hydrocution.

Sur la plage, hors de l’eau, il existe de nombreux risques pour la santé : les brûlures du soleil, la déshydratation, les malaises dus à la chaleur, les allergies, les blessures avec des bris de verre, etc.

Chaleur, déshydratation et exposition au soleil excessive :

  • Exposez-vous au soleil progressivement et raisonnablement ;
  • Evitez de vous exposer aux heures les plus chaudes de la journée, entre 11h et 16h ;
  • Utilisez des crèmes solaires protectrices, chapeaux et lunettes surtout pour les jeunes enfants et nourrissons.

Propreté des sites de baignade:

  • Un sable qui n'est pas très propre peut être à l'origine d'affections dermatologiques. Utilisez une serviette pour vous allonger sur le sable si nécessaire et profitez des douches mises à votre disposition.
  • La plage est un espace public, gardez la propre en utilisant les poubelles pour les déchets et les installations sanitaires mises à votre disposition. N’emmenez pas d’animaux domestiques sur la plage : les plages sont souvent interdites aux animaux pendant la saison balnéaire.

Informations concernant les lieux de baignades, ne faisant pas l’objet d’un contrôle de la qualité de l’eau

Concernant les risques encourus par les baigneurs à fréquenter les autres eaux naturelles, c’est-à-dire celles ne faisant pas l’objet d’une déclaration et d’un encadrement réglementaire particulier : 

Ces lieux de baignades, ne faisant pas l’objet d’un contrôle de la qualité de l’eau, ne disposent pas d’un profil de vulnérabilité et peuvent être contaminés par des rejets d’eaux usées/pluviales imprévisibles et ingérables.

Ce type de baignade est donc fortement déconseillé, en raison des risques pour la santé lié à l’absence de tout contrôle de la qualité de l’eau (par ailleurs non spécifiques au cas du SARS-CoV-2)

 

Aller plus loin

Liens utiles

Campagne de prévention des noyades 2020

Les risques de noyade chez les enfants