L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes est là

Comment bien profiter du soleil ?

Article
Visuel
Soleil : protéger et surveiller sa peau. 80000 cancers de la peau par ; 14325 cas de mélanomes en 2015 ; 2/3 de ces cancers sont liés à une exposition excessive au soleil. Suivez les conseils de Santé publique France. En cas de doute, consultez un professionnel de santé.
Soleil : protéger et surveiller sa peau.
Le soleil dope le moral et favorise la fabrication de vitamine D !
Mais on oublie souvent qu’il peut aussi présenter des risques graves pour la santé. En France, c’est entre les mois de mai et août que le rayonnement solaire est le plus intense.
Alors, pour toutes vos activités de plein air, lorsque vous êtes exposés aux rayons ultraviolets… protégez-vous, pour que le soleil reste un plaisir.
Corps de texte

Contrairement aux idées reçues, l’intensité des rayons ultraviolets (UV) du soleil n’est pas liée à la sensation de chaleur et les rayons peuvent être très forts lorsqu’il y a des nuages, du vent ou de la neige. La réverbération due aux surfaces claires (sable, eau) augmente leur intensité.

« L’excès de soleil est dangereux pour la peau mais aussi pour les yeux ! »

La suite immédiate d’une exposition peut être des coups de soleil, des réactions allergiques ou des problèmes de vue. Même bronzé, il faut continuer à se protéger ! À long terme une exposition excessive aux UV du soleil accroît les risques.

Le soleil accélère le vieillissement de la peau et peut entraîner des cancers cutanés tels que les mélanomes. Ces derniers ressemblent à des grains de beauté anormaux qui peuvent se situer sur n’importe quelle partie du corps. Ces cancers, de plus en plus fréquents, peuvent être guéris s’ils sont traités à un stade précoce.

Le soleil représente également un risque pour les yeux. En cas d’exposition directe, les rayons du soleil favorisent l’apparition de cataractes et d’atteintes graves de la rétine, pouvant altérer la vue de façon irréversible.

Les études épidémiologiques ont démontré que l’exposition au soleil pendant l’enfance, notamment l’exposition intermittente et intense qui provoque les coups de soleil, est un déterminant majeur dans la survenue du mélanome à l’âge adulte.

Jusqu’à l’âge de la puberté, la peau des enfants et des adolescents n’est pas armée pour se défendre contre les effets des UV. Elle est plus fine et son système pigmentaire est encore immature, ce qui la rend particulièrement vulnérable aux effets cancérogènes des UV.

La meilleure façon de réduire le risque de développer un cancer de la peau est de limiter l'exposition au soleil et à ses rayons ultraviolets.

  • Ne jamais exposer un nourrisson de moins de 12 mois au soleil.
  • Choisir des endroits ombragés pour les activités extérieures.
  • Eviter de s'exposer entre 12h et 16h l'été, en France métropolitaine, car c'est le moment où les rayons solaires sont les plus intenses, donc les plus dangereux.
  • La meilleure protection est vestimentaire : il est donc nécessaire de porter un chapeau, un tee-shirt et des lunettes de soleil.
  • Utiliser une crème solaire à indice de protection solaire haute. L'appliquer généreusement avant l'exposition et recommencez ensuite toutes les 3 à 4 heures et après chaque baignade, même s'il s'agit d'une crème dite « résistante » à l'eau. Gardez à l'esprit qu'une crème à indice de protection solaire haute ou très haute ne permet pas une exposition plus longue.

La crème solaire ne suffit pas à protéger votre peau du soleil

Il faut privilégier la protection vestimentaire (tee-shirt, chapeau et lunettes de soleil). Même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV, notamment des UVA : l'écran « total » n'existe pas. La crème n'en reste pas moins importante, mais en complément des autres précautions, pour protéger les zones du corps qui restent découvertes.

Il faut continuer à se protéger même quand on est bronzé

Le bronzage est une « barrière » naturelle fabriquée par la peau pour se protéger du soleil. Mais cette barrière est superficielle et ne filtre qu'une partie des UV. Une peau bronzée risque donc moins les coups de soleil, elle ne protège pas contre le vieillissement cutané et ne limite qu'en partie le risque de cancer.

Le danger ne vient pas uniquement des coups de soleil

Au soleil, nous sommes exposés à deux types de rayons UV : les UVB, responsables des coups de soleil et les UVA, qui n'ont pas d'effet visible immédiat mais pénètrent la peau en profondeur. Les UVA comme les UVB augmentent le risque de cancer de la peau.

Les séances d'UV ne préparent pas la peau au soleil

Le bronzage artificiel n'a pas le même effet protecteur que le bronzage naturel : il ne s'accompagne pas d'un épaississement de la peau.

Les rayons UV ne chauffent pas

Ce sont les rayonnements infra-rouge qui chauffent et l'on ne se rend pas forcément compte de leur présence. Méfiez-vous des fausses impressions de sécurité lorsqu'il fait plus frais, sous un ciel nuageux, avec du vent ou après une baignade. C'est l'index UV qui mesure l'intensité des rayons solaires : plus il est élevé (sur une échelle de 1 à 9), plus il est nécessaire de se protéger.

Les auto-bronzants et les compléments alimentaires ne protègent pas du soleil

Ils donnent un teint hâlé mais n'apportent aucune protection car ce sont souvent de simples colorants (carotène). En revanche, ils ne sont pas cancérogènes.

 

Aller plus loin

En savoir plus sur le mélanone de la peau

Mélanome de la peau - France métropolitaine projections 2017 :

Projections de l’incidence et de la mortalité du mélanome de la peau en France métropolitaine en 2017 (et évolutions 1997-2017)

Estimations régionales 2008-2010 (22 régions)
(fourchettes d’estimations sous formes d’intervalles de prédiction par sexe pour le nombre de cas toutes classes d’âge confondues, le taux brut et le taux standardisé sur l’âge de la population mondiale)