Le Service d'accès aux soins (SAS)

Article
Visuel

Mesure phare du Pacte de refondation des urgences, réaffirmée lors du Ségur de la santé, le SAS est un nouveau modèle de prise en charge des patients.

Corps de texte

Objectif : orienter les personnes et répondre à leur demande de soins, programmés ou non, urgents – partout et à toute heure, grâce à une chaîne de soins lisible, organisée et coordonnée entre les professionnels d’un même territoire.

Qu’est-ce que le Service d’accès aux soins (SAS) ?

Fondé sur un partenariat ville/hôpital associant à ce stade les médecins généralistes, le Service d’accès aux soins est un service accessible à tous par téléphone. Il permet d’apporter une réponse 24h/24 et 7j/7 à toute demande de soins urgents ou non programmés.

Il vise à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, et à renforcer encore davantage la structuration territoriale des soins, la coordination ville-hôpital et le développement de l’exercice coordonné.

Concrètement, toute personne ayant un besoin de santé urgent ou n’ayant pas de médecin traitant disponible et nécessitant un soin non programmé, peut accéder à distance à un professionnel de santé.  

Celui-ci lui proposera un conseil ou l’orientera selon son état :

  • vers une consultation non programmée ;
  • vers un service d’urgences ;
  • ou déclenchera une intervention d’un service mobile d’urgence et de réanimation.

Ce service ne vient pas en substitution de l’accès au médecin traitant ou des organisations territoriales qui se mettent en place comme les CPTS (communautés professionnelles territoriales de santé) pour la gestion des soins non programmés : il est leur complément.

Le SAS s’articule avec la permanence des soins ambulatoires (PDSA), qui fonctionne en soirée et le week-end aux heures de fermeture des cabinets. Les organisations de PDSA restent donc identiques.

 

Avant le Service d’Accès aux Soins (SAS) :

« Son médecin traitant n’étant pas disponible, XX recherche un médecin pour une consultation non programmée à la suite d’une réaction allergique non grave. Elle a des difficultés, hors des horaires de permanence des soins, à obtenir une prise en charge. Elle se rend aux urgences du CHU sans que cela ne soit forcément nécessaire. »

Avec le Service d’Accès aux Soins (SAS) :

« Son médecin traitant n’étant pas disponible, XX recherche un médecin pour une consultation non programmée à la suite d’une réaction allergique non grave. Elle appelle le Centre 15 et obtient un rendez-vous dans les 48 heures avec un médecin généraliste près de chez elle. »

 

Quelle organisation en Auvergne-Rhône-Alpes ?

22 sites pilotes ont été retenus pour mettre en place le SAS en France. Dans notre région, le Rhône, la Savoie et l’Isère sont concernés. Cette première phase permet de définir les modalités de la généralisation de ce nouveau service sur l’ensemble du territoire, avec tous les acteurs du système de santé.

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes accompagne au niveau local les projets pilotes SAS en proposant un appui aux porteurs de projet. Ce soutien à la mise en œuvre permet notamment d’appuyer la coordination entre la ville et l’hôpital, de favoriser le partage de bonnes pratiques entre les projets de SAS de la région, et de s’assurer de la répartition des financements alloués par le niveau national. Il permet aussi de faire le lien avec le ministère des solidarités et de la santé concernant les questionnements qui nécessiteraient un appui du niveau national.

 

Lundi 1er février 2021, le SAS 69 a réceptionné son premier appel.

Quel numéro ?

Le SAS 69 est accessible en composant le 15 ou le numéro des maisons médicales de garde (04 72 33 00 33).

Quels sont les horaires de prise en charge ?

De 8 h à 20 h.

Comment ça marche ?

  • Le patient compose le 15 ou le 04 72 33 00 33 (numéro de la maison médicale de garde).
  • Un Assistant de régulation médicale (ARM) prend son appel et évalue le degré d’urgence.
  • Suivant le degré de gravité :
  1. Des secours sont envoyés sur place (SMUR, transporteurs sanitaires, pompiers).
  2. Un 2e ARM prend l’appel pour suivre le dossier avant de passer le médecin régulateur des urgences ou le médecin généraliste.

3. En fonction de la situation identifiée au point 2, un transport sanitaire urgent est dépêché sur place ou l’Opérateur de soins non programmés prend la suite pour prendre un rendez-vous dans une structure adaptée (SOS médecin par exemple) ou auprès d’un médecin de ville.

Quels sont les partenaires mobilisés ?

Le SAS 69 repose sur un partenariat unique entre les professionnels de l’urgence hospitalière, les Hospices Civils de Lyon siège du SAMU 69 et les professionnels de médecine libérale, représentés par l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes. Il fédère tous les acteurs de soin de première ligne du territoire, en organisant l’aide médicale urgente et en contribuant à la structuration des soins de ville non programmés, en partenariat avec SOS Médecins Lyon, le SDMIS (Service Départemental-Métropolitain d'Incendie de Secours) pour le secours à la personne et l’Association des transports sanitaires urgents (ATSU). Une association fédérant l’ensemble des libéraux, SASLIB 69, a été créée pour prendre en charge le volet ambulatoire de l’organisation.