Le méningocoque B : symptômes, risques et prévention

Article

Le méningocoque B est une bactérie que l'on trouve fréquemment dans la gorge et qui peut parfois déclencher une maladie grave : l'infection invasive à méningocoque.
Le vaccin est le seul moyen efficace pour prévenir le méningocoque B et ses conséquences.

Situation spécifique en cours (août 2022)

Ces derniers mois, 12 cas de méningocoque B liés à un nouveau variant ont été détectés en Auvergne-Rhône-Alpes. Les personnes concernées étaient pour la plupart âgées de 16 à 21 ans et la plupart fréquentait le secteur de Chambéry et une zone de l’Est lyonnais.

Des recommandations de vaccination sont préconisées pour certains habitants des communes alentours.

Retrouvez toutes les informations (tranches d'âge, communes concernées, etc.) dans la page dédiée.

Symptômes et risques pour la santé

En général, les méningocoques n’entraînent pas de maladies particulières. Toutefois, dans certains cas, ils peuvent provoquer des maladies très graves comme les méningites ou les septicémies.

La maladie se manifeste le plus souvent par les signes suivants : fièvre, maux de tête importants, souvent accompagnés de vomissements.

Deux symptômes doivent particulièrement alerter :

  • une fièvre élevée mal tolérée,
  • et/ou une ou plusieurs taches rouges ou violacées d’apparition rapide (purpura).

En cas d'apparition de ces symptômes, contactez le 15.

La personne malade peut également avoir des troubles de la conscience, une couleur du visage pâle voire grise, de la diarrhée en plus de la fièvre et des vomissements, une intolérance à la lumière ou au bruit, une raideur de la nuque, des courbatures importantes, une grande fatigue, une importante somnolence, des paralysies oculaires ou encore des convulsions.

Les méningocoques sont des bactéries qui peuvent provoquer des maladies très graves comme les méningites ou les septicémies qui peuvent être mortelles ou laisser des séquelles importantes. 
Un état de choc non expliqué peut survenir. Le cerveau et la moelle épinière peuvent être touchés. Il peut y avoir, pour les cas les plus graves, une infection générale du sang et de différents organes. L’état de santé de la personne se dégrade.   

Mode de transmission

La bactérie se transmet par voie aérienne ou par la salive, notamment par la toux ou les postillons. Elle ne survit pas dans le milieu extérieur, ni sur les objets, ni sur les surfaces.

La transmission se fait par un contact direct, rapproché et prolongé avec une personne malade ou un porteur sain.

En France, les infections graves à méningocoques touchent environ 600 personnes par an (deux tiers de méningites, un tiers de septicémies). Les personnes les plus touchées sont les enfants de moins d'1 an, les enfants entre 1 et 4 ans et les jeunes adultes non protégés de 15 à 24 ans.

Mesures de prévention

Conformément aux avis de la Haute Autorité de santé, la vaccination contre le méningocoque B est la mesure la plus efficace pour prévenir la survenue de nouveaux cas et de complications. Elle fait d'ailleurs partie des nouvelles recommandations de vaccination pour les enfants de 0-2 ans dans le calendrier vaccinal 2022.

Les autorités sanitaires recommandent une vaccination contre le méningocoque de type B lors de la survenue de plusieurs cas dans une même zone géographique, même si la population n’a pas forcément été en contact très proche avec les cas initiaux.

Dans ce cas, la vaccination a pour objectif de supprimer le risque de réintroduction de la bactérie et l'apparition de nouveaux cas dans la collectivité sur le long terme.

La vaccination compte une première injection et un rappel avec un délai d’au moins un mois entre les deux injections.

Maladie à déclaration obligatoire

Les infections invasives à méningocoques sont, en France, des maladies à déclaration obligatoire : les professionnels de santé doivent informer les agences régionales de santé, chargées de mettre en place les mesures de gestion nécessaires.

Vous êtes médecin et souhaitez déclarer un cas ? Cliquez sur ce lien.